Accueil Bouira Manque d’aménagement à Attia

Sour El-Ghozlane

Manque d’aménagement à Attia

58

Le cadre de vie des habitants du quartier Attia, dans la ville de Sour El-Ghozlane, ne cesse de se dégrader. À l’origine de cette situation, des insuffisances flagrantes en termes d’aménagement urbain. Pour l’illustration, le quartier ne dispose ni de trottoirs, ni d’ouvrages d’évacuation des eaux pluviales et encore moins de ruelles revêtues en goudron. Les voies d’accès au niveau de ce quartier sont donc à l’état de pistes. Lorsqu’il pleut, elles se transforment en bourbiers et compliquent les déplacements des piétonniers et des automobilistes.

«En temps de pluie, il devient laborieux, voire dangereux, de se déplacer dans le quartier, tellement la gadoue est partout et les voies d’accès sont inondées. L’absence de caniveaux corse davantage les choses. La situation est encore plus difficile pour les enfants qui empruntent ces rues boueuses pour se rendre à leurs établissements scolaires», témoigne un habitant du quartier. À cause de l’absence d’ouvrage de drainage des eaux pluviales mais aussi de l’état cahoteux de la route principale du quartier, d’immenses flaques d’eau se forment sur la chaussée et cette eau stagne des jours durant avec tous les dangers que cela implique.

Ces ruelles sont parsemées de nids-de-poule et autre trous béants, ce qui met à mal les véhicules et à rude épreuve leurs conducteurs. «Les personnes véhiculées souffrent le martyre à cause de l’état dégradé des ruelles et de la chaussée, qui esquinte les voitures», confie un automobiliste. Pis encore, à certains endroits, les regards de l’assainissement sont dépourvus de couvercles. Ce qui fait planer un vrai risque de chutes, surtout en pleine nuit.

Pour les résidents de cette cité, il est inconcevable de voir, en 2019 encore, des quartiers de Sour El-Ghozlane, une grande agglomération de la wilaya, sans plan d’aménagement correct. Selon nos interlocuteurs, leur quartier est l’un de rares de la ville à ne pas avoir bénéficié d’un projet d’aménagement ces dernières années. Partout à travers la ville, assurent-ils, le cadre de vie des populations s’est nettement amélioré, mais pas au quartier Attia. Un souci que les habitants disent avoir soulevé aux responsables locaux mais qui attend toujours une prise en charge. «Le quartier est carrément marginalisé et nous, habitants, sont laissés-pour-compte», s’indigne-t-on.

D. M.