Accueil Bouira Ni éclairage public, ni feux tricolores !

CHEF-LIEU DE BOUIRA - L’anarchie… lumineuse de la cité

Ni éclairage public, ni feux tricolores !

144

La majorité des feux tricolores installés à travers les grands carrefours du chef-lieu de la wilaya de Bouira, demeurent inopérants. Sur les quatre installés en 2017 suite à la mise en service du nouveau plan de circulation de la ville de Bouira, un seul feu fonctionne au niveau du carrefour de la cité ouest. Les trois autres installations, à savoir les feux tricolores du carrefour d’Amar Khouja près de la gare routière, celui du carrefour de Harkat ainsi que celui près du siège de la wilaya, sont toujours en panne et n’auront fonctionné que quelques mois après leurs mises en service.

En plus de ces feux tricolores installés dans l’objectif de réguler et de fluidifier la circulation automobile au niveau de ces carrefours souvent surchargés, certaines enseignes lumineuses installées notamment aux entrées de la ville de Bouira sont aussi en panne et ne fonctionne plus, à l’image de l’enseigne lumineuse installée au niveau de l’échangeur ouest de l’autoroute Est-Ouest tout près de la gare routière, qui annonçait auparavant l’entrée de la ville de Bouira, avec notamment certaines indications, comme la date, l’heure et les températures.

Interrogé au mois d’avril 2017, le maire de Bouira avait assuré que ces pannes, dues aux conditions climatiques, seront réparées rapidement et les feux tricolores en plus des enseignes lumineuses seront opérationnels de nouveau. Cependant et près de deux années après les assurances du maire, ces équipements installés à coups de millions de dinars sur le budget communal sont toujours inopérants et le phénomène des embouteillages, plus particulièrement durant les heures de pointes, persistent encore au chef-lieu de la wilaya. Enfin, il est utile de préciser qu’un autre problème est régulièrement signalé par les automobilistes au niveau de la ville de Bouira.

Il s’agit de la contrainte du manque d’éclairage public, plus particulièrement au niveau des routes secondaires éloignées des grands carrefours et des sièges des institutions publiques. En effet et hormis les grands boulevards de Bouira, l’éclairage public des quartiers et des routes ne fonctionne plus d’une manière régulière, plongeant ainsi le chef-lieu de la wilaya dans l’obscurité totale chaque jour à la tombée de la nuit.

Oussama Khitouche