Accueil Bouira On redoute déjà l’hiver !

M'Chedallah

On redoute déjà l’hiver !

201

La région de M’chedallah est celle qui enregistre les plus importantes chutes de neige et de pluies sous forme de violentes tempêtes durant toute la saison hivernale qui dure une bonne moitié de l’année, soit de fin octobre au début du mois de mai. Ces conditions climatiques spécifiques extrêmement violentes s’expliquent du fait que cette région dénommée la Vallée du Sahel est prise entre deux chaînes montagneuses, le Djurdjura au Nord et le Chréa au Sud. Malheureusement et malgré cette spécificité et ses nombreuses retombées négatives voire même dangereuses sur les populations de cette région qui se répètent automatiquement chaque hiver depuis la nuit des temps, rien n’est encore fait pour réduire un peu de leur nuisance.

À commencer par les ouvrages les plus stratégiques que sont les routes qui, par manquent d’entretien et de suivi, sont dans un état de délabrement lamentable. C’est le cas de la RN30 qui franchit le col de Tizi N’koulal via la commune de Saharidj pour relier le chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou à la RN5 dans la commune d’Ahnif. Cette route se retrouve fermée à la circulation dès les premières chutes de neige jusqu’à la fin de l’hiver au niveau de ce col. Cet état de fait est enregistré sur une période qui s’étale sur plus de quatre (04) mois et ce, malgré son rôle important sur le volet économique pour les deux wilayas de Bouira et de Tizi-Ouzou, notamment leurs communes de haute montagne sur ses deux flancs nord et sud, et sur le volet sécuritaire aussi.

Bien que la direction des travaux publics de la wilaya de Bouira ait inscrit quelques opérations durant cette année 2019 telles que la pose d’environ 10 km de glissières lumineuses, la prise en charge de plusieurs points noirs sur la partie rocheuses par la réalisation de quelques longueurs de gabionnage là où la route est rétrécie et où elle a aussi subi des glissements de terrain, mais c’est loin d’être suffisant sachant qu’un tronçon de 15 km entre le col et le chef-lieu de commune d’Iboudraren dans la wilaya de Tizi- Ouzou est toujours à l’état de piste infranchissable en hiver.

La bizarrerie de ce tronçon qui a été confié à une entreprise soi-disant spécialisée en 2012 est le fait que celle-ci ait plié bagages après avoir mené à terme l’opération de décapage et de défrisage. La pression exercée par la nouvelle assemblée de la commune d’Iboudraren a fait réagir la DTP de la wilaya de Tizi-Ouzou qui a obligé cette entreprise à reprendre les travaux au début de cette année. Malheureusement et contre toute attente, cette dernière a de nouveau plié bagages depuis le mois de juin après avoir mené à terme l’opération de nettoyage en engageant une niveleuse et l’épandage de la première couche du sable sur un tronçon de quelques km. La joie des milliers d’usagers quotidiens tant estivants que commerçants ambulants ou les centaines de transporteurs de matériaux de construction fut de courte durée.

Ce tronçon commence à reprendre son état primitif de piste impraticable. Il y a lieu de signaler que d’effroyables dégradations notamment de dangereux affaissements sont aussi enregistrés sur la RN33 entre le col de Tizi-N’koulal et la station climatique de Tikjda via Assouel, de terrifiantes dégradations survenues depuis plus de 05 ans et qui s’aggravent chaque hiver sans que rien ne soit fait pur y remédier. Cette route hautement stratégique sur plusieurs volets se retrouve aussi fermée à la circulation durant tous les six (06) mois de l’hiver, sachant qu’à l’état lamentable de la chaussée et ses accotements s’ajoute l’absence de chasse-neige assez puissants pour procéder au déneigement.

Une opération qui pourrait se faire aussi par épandage de sel testé avec succès l’année passée sur le tronçon de la RN30 entre Saharidj et le col Tizi N’koulal. Notons enfin que la RN15 reliant la wilaya de Tizi-Ouzou à celle de Bouira à partir de la RN26 au branchement de Chorfa est dans le même état de délabrement et qu’elle aussi est fermée comme d’habitude à la circulation dès les premières chutes de neige. La circulation n’est rétablie qu’à partir du mois de mai avec toutes les retombées économiques que cela engendre sur les deux wilayas.

Oulaid Soualah