Accueil Bouira Oued Dhouss, attention danger !

ENVIRONNEMENT - Réceptacle de détritus, eau noirâtre nauséabonde...

Oued Dhouss, attention danger !

166

La pollution de l’oued Dhouss, qui traverse les quartiers d’Ouled Belil, Ouled Bouchia et Sidi Ziyane du chef-lieu de la commune de Bouira ainsi que plusieurs localités de la wilaya, a atteint un degré alarmant ces dernières années.

Ce cours d’eau constitue désormais une menace permanente pour la santé des riverains. Actuellement, le lit de l’oued est rempli de détritus de toutes sortes et d’eaux noirâtres nauséabondes, plus particulièrement près des deux quartiers d’Ouled Belil et d’Ouled Bouchia, où les rejets finaux d’assainissement et les décharges d’ordures ménagères et industrielles se comptent par dizaines.

L’Oued Dhouss, qui traverse plusieurs communes de l’Est de la wilaya (El Esnam, Bechloul, Oued El Berdi, Haizer…) renvoie, depuis quelques années, une image des plus désolantes. Déjà souillé par des tonnes de déchets, ce fleuve connaît une évolution inquiétante des indices de pollution qui mettent sérieusement en danger la santé publique et annoncent des épidémies majeures.

«La stagnation des eaux et la multiplication des rejets de déchets en tous genres nous font craindre le pire. Depuis le début de l’été, les riverains passent les nuits à volets fermés pour se prémunir des piqûres de moustiques en pleine prolifération. Aux alentours des maisons, l’odeur est insupportable et la situation ne cesse de se dégrader. Pour nous, c’est un véritable calvaire et nous attendons toujours une action des pouvoirs publics, avec la réalisation des réseaux d’assainissement et la dépollution des cours d’eau», se plaint un habitant du quartier d’Ouled Belil.

«Il semble que les pouvoirs publics n’ont pas encore pris conscience du danger qui guette les habitants des quartiers que traverse l’oued, malgré le fait que la responsabilité est partagée, car beaucoup de riverains jettent leurs ordures ménagères dans l’oued en l’absence d’une décharge contrôlée», ajoute-t-il. Des associations locales ne cessent d’alerter les responsables concernés sur la nécessité d’entamer des travaux de dépollution, surtout que ce cours d’eau est aussi utilisé par certains agriculteurs sans scrupules, dans l’irrigation de leurs cultures notamment au niveau des plateaux d’Oued El Berdi et d’El Esnam.
Massinissa A.