Accueil Bouira Ouled Bouzid dans l’isolement

EL-HACHIMIA - Ni gaz, ni eau potable, ni transport scolaire

Ouled Bouzid dans l’isolement

119

Dans une requête adressée au maire et au chef de la daïra d’El-Hachimia, des habitants du village Ouled Bouzid, situé à une dizaine de kilomètres à l’Est du chef-lieu de la commune d’El-Hachimia, ont réitéré leur revendication pour la réhabilitation de l’unique route qui relie leur localité au chef-lieu communal. Dans cette même requête, dont une copie nous a été envoyée, les signataires assurent que la dernière opération d’entretien de cette route longue d’environ 10 km, a été effectuée en 2005 et depuis, aucune opération d’entretien ou de modernisation n’a été retenue.

Les villageois assurent que cette route est devenue presque impraticable car elle n’est pas bitumée et donc parsemée de nids-de-poule et de trous gênants. Les signataires de cette requête insistent pour l’inscription d’un projet de réhabilitation de cette route avec pose de bitume, et ce pour mettre un terme à l’isolement de leur localité. «Notre village n’est même pas doté d’une ligne de transport en raison de l’état de cette route. D’ailleurs, même les chauffeurs de taxi refusent de l’emprunter.

Pour que se déplacer vers le chef-lieu de la commune, c’est un calvaire quotidien pour des centaines de villageois, et plus particulièrement pour les écoliers qui font cette longue distance à pied ! Même les étudiants de notre village ne sont pas pris en charge au niveau des résidences universitaires de Bouira, et doivent donc faire la navette quotidiennement entre le village et le chef-lieu communal pour espérer décrocher une place dans le bus de transport universitaire», se désole Mohammed C., un habitant de ce village, avant d’ajouter : «Ça fait des années que nous attendons le bitumage de cette route, ou plutôt piste en terre. Les autorités de notre commune ne semblent plus se soucier des 90 familles qui habitent ce village.

La dégradation de cette route est la principale raison de l’isolement dont se trouve notre village qui manque de la majorité des commodités nécessaires à une vie décente. Même les enseignants refusent de venir enseigner dans notre école primaire, en raison de l’absence de transport». Par ailleurs, les villageois d’Ouled Bouzid ont aussi réclamé le raccordement de leurs foyers aux réseaux de gaz naturel et d’eau potable, mais aussi l’affectation d’un bus pour le transport scolaire et la réalisation d’une unité de soins.

Oussama Khitouche