Accueil Bouira Plaintes de parents d’élèves

Mellaoua

Plaintes de parents d’élèves

55

L’école primaire Bechkir Mohamed de Mellaoua, dans la commune de Bechloul, connait ces derniers jours une situation de blocage pour son raccordement au gaz naturel. Selon les parents d’élèves, l’entreprise chargée des travaux de raccordement en cette énergie a été empêchée de continuer sur son tracé à cause d’une opposition d’un propriétaire terrien mitoyen à cet établissement scolaire. Pourtant au dire des parents d’élèves, l’assiette sur laquelle se trouve l’école est cadastrée est appartient au domaine de la commune.

Une réponse qui n’a pas suscité une quelconque réaction des autorités communales pour achever les travaux de raccordement. «Nous avons été voir le maire de Bechloul qui nous a reçu mais ce dernier argue le fait que l’école n’est pas cadastrée alors que c’est faux, nous avons les documents émanant des services des Domaines de M’Chedallah en notre possession prouvant le contraire. Même le chef de daïra a été interpellé par nos soins», indique un parent d’élève.

Ce dernier affirme qu’un autre problème existe concernant l’accès destiné aux pompiers en cas d’incendie : «Nous sommes confrontés également à un problème d’accès pour les secours, notamment l’accès pour les éléments de la Protection civile en cas d’incident. Le terrain existe pour aménager un accès vers le réfectoire et la cantine et ce en toute sécurité, mais les autorités communales indiquent qu’en l’absence du cadastre, aucun travaux ne peut être effectué pour la réalisation de l’accès en question».

Devant cet état de fait, les parents d’élèves craignent un nouvel hiver qui s’annonce rude sans chauffage au gaz naturel dans les classes. L’entreprise réalisatrice ainsi que les services de la Direction de distribution de Bouira ont invité les parents d’élèves à lever l’opposition à l’amiable avec les services de l’APC de Bechloul. Un autre problème est soulevé par les parents d’élèves, à savoir les sanitaires réalisées il y a de cela une année derrière les classes en dessous d’un rocher de surcroit. «Le rocher est très dangereux et nous ne comprenons pas pourquoi l’entreprise ayant réalisés les travaux n’a pas pris cela en considération.

De prime abord, les sanitaires sont hors de la vue des enseignants et les élèves peuvent être pris au piège dans un éboulement sans que personne ne s’en rendent compte», s’indigne notre interlocuteur. Le vice-P/APC de Bechloul s’est rendu dernièrement sur les lieux et a constaté de visu le danger que ces sanitaires représentent. Les parents d’élèves attendent désespéramment des mesures urgentes pour permettre aux élèves de cette école d’y suivre leurs scolarités dans les meilleures conditions possibles.

Hafidh B.