Accueil Bouira Quel devenir pour les 100 locaux ?

EL ESNAM - À l’abandon depuis la réception du projet

Quel devenir pour les 100 locaux ?

83

Le programme des 100 locaux commerciaux par commune, initié il y a quelques années, s’avère être un véritable échec dans la commune d’El Esnam. L’ensemble de ces espaces commerciaux sont restés vides et inoccupés à ce jour. Livrés à l’abandon, ces locaux situés sur la RN05 à la sortie de la ville en allant vers Bouira sont transformés en lieux de beuverie au lieu de servir la collectivité locale et absorber le chômage endémique qui touche la masse juvénile.

Ce sont exactement 98 locaux commerciaux à usage professionnel et artisanal qui demeurent fermés et dont 27 avaient été attribués en grande pompe lors d’une visite ministérielle il y a de cela quelques années. Ainsi, malgré le fait d’avoir été attribués en bonne et due forme aux jeunes artisans de la localité, les locaux sont jugés ’’éloignés’’ du centre du chef-lieu communal. Cet éloignement aurait dissuadé et découragé les jeunes promoteurs à s’y installer et exercer les professions de leur choix.

Devant cet abandon, l’ancien exécutif communal avait prit l’initiative de les affecter au secteur de la Formation Professionnelle pour servir de CFPA. Toutefois, pour des raisons ambigües, la démarche n’a pas abouti et ces locaux sont envahis par les immondices en plus d’être la proie régulière de vandalisme. Pourtant, la population d’El Esnam gagnerait à ce qu’un CFPA soit implanté dans cette localité de plus 10.000 âmes, ce qui leur ferait économiser des frais de transports vers Bechloul ou vers le chef-lieu de wilaya.

Par la suite, les autorités communales de l’époque avaient réfléchi pour implanter un marché hebdomadaire sur le terrain mitoyen à cette bâtisse des 98 locaux commerciaux. Là encore, l’assiette foncière de trois hectares qui est disponible a fait l’objet d’une procédure judiciaire qui perdure depuis plusieurs années. Une énième tentative a été introduite pour reconvertir les 98 locaux commerciaux en un centre de formation administratif, mais aucune suite n’a été donnée à cette initiative. De ce fait, devant autant d’initiatives infructueuses, cette bâtisse semble damnée et condamnée par les pouvoirs publics qui préfèrent saborder les bonnes volontés en laissant se dégrader un édifice bâti à coups de milliards.

Hafidh B.