Accueil Bouira Reprise de la cueillette des olives

Vallée du Sahel

Reprise de la cueillette des olives

105

Après plusieurs jours d’arrêt pour cause d’intempéries, les propriétaires des oliveraies, au niveau de la vallée du Sahel, ont renoué ces jours-ci avec la collecte des olives, à la faveur du retour du beau temps. En effet, les «retardataires» ont repris le chemin des oliveraies pour glaner les «dernières» olives encore «accrochées» aux oliviers.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région ont différé la fin de la campagne oléicole dans cette région. Ainsi, que ce soit à Ath Mansour, M’Chedallah, Ahnif, Chorfa ou encore El Adjiba, les derniers «cueilleurs» s’affairent à récolter les olives qui, cette année, ont enregistré une exubérance particulière.

Les ménages ont du mal à achever la cueillette des olives avec la fructification quasi-exceptionnelle des oliviers, et ce à la faveur d’une excellente pluviométrie. L’ambiance est donc à l’olivaison, ces jours-ci, comme si elle jouait les prolongations.

«Pour ma part, je n’ai pas encore achevé la récolte des olives, même s’il me reste quelques oliviers seulement. La production des olives lors de la présente campagne oléicole a été meilleure que celle d’avant, ce qui explique le prolongement de la récolte qui, en plein mois de février, elle reste encore de mise.

J’en connais beaucoup de propriétaires d’oliveraies qui ne sont pas encore au bout de leur peine avec cette harassante et laborieuse tâche qu’est la récolte des olives. Par ailleurs, avec les temps qui courent beaucoup de gens délaissent cette tâche difficile au demeurant, comme il est le cas pour les jeunes qui rechignent carrément à cueillir le fruit oléagineux.

En conséquence, il y a un vrai manque en main d’œuvre dans cette filière ce qui expliquerait en partie le prolongement de la présente campagne oléicole dans la région de la vallée du Sahel, entre autres», tente d’expliquer pour sa part un oléiculteur de Chorfa, une localité dotée d’un verger oléicole exceptionnel s’étalent sur des centaines d’hectares à perte de vue.

Y. S.