Accueil Bouira Toghza, une réserve naturelle à préserver

Chorfa

Toghza, une réserve naturelle à préserver

119

Le spectacle est beau. Au niveau de l’oued Sahel à Toghza, dans la commune de Chorfa, une véritable réserve animale s’est créée, abritant essentiellement plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs.

Avec l’arrivée de centaines de cigognes, les lieux ne désemplissent pas de cette «volaille sauvage», qui y trouve refuge et nourriture. Comme le niveau des eaux de l’oued Sahel a augmenté récemment à la faveur des dernières pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région, ces oiseaux semblent s’y plaire, en pêchant dans ces eaux les bestioles aquatiques et autres dorades.

Dans cette petite réserve naturelle, on peut trouver des cigognes comme des aigrettes blanches, des rapaces, à l’exemple du vautour, le percnoptère, l’épervier, la buse, et d’autres oiseaux, dont les corbeaux et les passereaux. Le spectacle est d’autant plus saisissant lorsque des essaims d’échassiers, comme les cigognes, survolent les lieux par groupe, donnant un «tableau» artistique mouvant au ciel. Le tout dans un décor printanier magnifique qui s’est installé récemment avec une verdure bariolée et truffée de toutes sortes de fleurs de toutes couleurs. Les oiseaux trouvent dans cet espace «gîte» et nourriture, aidés dans cela par le calme qui règne dans les alentours.

La multiplication des étangs aux abords de ce oued et le couvert végétal dense des alentours ont été les facteurs prépondérants dans la formation de cette petite réserve naturelle, que les habitants sont appelés à préserver de toute «intrusion» humaine et surtout de pollution, en vue protéger ce patrimoine faunique naissant. «C’est vraiment très beau à voir, cette petite réserve naturelle située à l’oued Sahel près de Toghza. Des centaines d’oiseaux de toutes espèces sont là et plantent un décor des plus magnifiques. J’espère seulement que les riverains ne les perturberont pas», souhaite un enseignant de Chorfa.

Y Samir.