Accueil Bouira Un chantier qui dure depuis 2013

IGHIL OUCHEKRID - Raccordement au barrage de Tilesdit

Un chantier qui dure depuis 2013

120

Ighil Ouchekrid, est un village haut-perché, situé à 07 Kms du chef-lieu communal d’Aghbalou. Cette bourgade rustique, calme et sans « remous » est peuplée par environ 2500 âmes, selon les statistiques des services municipaux. Mis à part l’agriculture de montagne et ses filières comme l’élevage des cheptels, l’oléiculture, les maraîchages, l’aviculture et à un degré moindre l’apiculture, le village d’Ighil Ouchekrid n’offre guère d’opportunités de travail à ses habitants, notamment les jeunes.

Le village est aux prises avec un sous-développement criard caractéristique des villages perchés en pleine montagne du Djurdjura et au relief accidenté. Néanmoins, Ighil Ouchkrid connaît une extension urbaine assez soutenue ces dernières années, dictée par le besoin d’espaces et les nouveaux ménages qui se forment lesquels ont besoin incontestablement d’un toit décent.

Ces derniers temps, surtout depuis l’avènement de la saison estivale, le village se trouve confronté à une véritable pénurie de l’eau potable sur le réseau de distribution, ce qui harasse et met dans tous leurs états les villageois, lesquels ne savent plus à quel saint se vouer pour avoir une « goutte » d’eau dans leur foyer. En effet, le réseau de l’AEP dans ce patelin manque d’extension, et les nouvelles habitations sont dépourvues d’eau par conséquent. Les robinets se trouvent à sec depuis des jours déjà, et l’alimentation en cette denrée se fait de façon drastique quand celle-ci est disponible.

En conséquence à cette situation intenable pour les villageois, ces derniers se voient obligés de sortir leur jerricans et autres bidons à la recherche de l’eau potable dans les sources que dispose le village et dans les alentours. La sécheresse par contre a eu raison de certains points d’eau, et plus particulièrement les sources d’eau captées, lesquelles ont vu leur débit flancher carrément. Ainsi, les colporteurs d’eau se trouvent subséquemment sollicités de toutes parts pour l’approvisionnement en cette ressource de vie. Les citernes d’eau tractées « défilent » quotidiennement dans le village, où les foyers sont alimentés via ce moyen d’approvisionnement.

« Nous endurons depuis le début de l’été surtout les affres de la rareté de l’eau potable sur les réseaux de l’AEP. Cette denrée est devenue si rare dans nos foyers que nous nous voyons obligés de nous déplacer vers les sources aménagées notamment pour remplir les jerricans, autrement on n’aura pas d’eau chez nous ! » déplore un père de famille habitant ce village.

Il est utile de préciser que c’est toute la commune d’Aghbalou, située à plus de 60 kilomètres au nord-est de la wilaya de Bouira, qui souffre du manque de cette denrée précieuse. De véritables pénuries d’eau potable s’installent chaque été, car les capacités de stockage des réservoirs des réseaux AEP, diminuent systématiquement. Le projet de raccordement de cette commune, au transfert d’eau du barrage de Tilesdit, lancé depuis 2013, n’a toujours pas été achevé, pour des raisons non encore déclarées.

Actuellement et à l’échelle de la majorité des villages en plus du chef-lieu, ce sont les services de la commune qui gèrent la distribution de l’eau et l’entretien des ouvrages. En attendant la livraison du projet en question, les citoyens de cette commune de haute montagne doivent encore prendre leur mal en patiente et se débrouiller face à des pénuries successives d’eau potable.

Y. S.