Accueil Bouira Un rite agricole peu observé de nos jours

Azevar ou émondage des oliveraies

Un rite agricole peu observé de nos jours

119

La vie quotidienne des anciens Kabyles était rythmée par un calendrier ingénieux qui organisait la vie communautaire avec des périodes spécifiques à chaque saison, ponctuées de rites et de célébration de journées « charnières » comme Amenzu n Yennayer, Amenzu Tefsut, etc. Il s’agit bien entendu du calendrier agraire berbère, où toutes les traditions, rites et pratiques agricoles y étaient consignées. Ainsi donc, après la période de Teyab Remmane, littéralement la maturité des grenades, laquelle s’étale du 5 au 30 septembre du calendrier grégorien, durant laquelle les grenades commencent à mûrir, au grand bonheur des consommateurs qui affectionnent ce fruit bien de chez nous, vient par la suite une autre période qui prélude à la campagne oléicole laquelle est appelée « Azevar » qui veut dire « l’émondage ».

C’est durant cette phase qui s’étale du 1 au 26 octobre que les paysans renouent avec les oliveraies et ce, dans l’optique de pratiquer « Azevar » à juste titre. Les champs plantés d’oliviers sont ainsi revisités et ce, pour les débarrasser des herbes sèches, des broussailles et des branchages laissés par terre après l’élagage et la taille. Les paysans procèdent ainsi au nettoyage des pourtours et alentours des oliviers pour faciliter la prochaine cueillette des olives laquelle interviendrait vers le mois de novembre, lorsque les olives prennent une couleur rose foncée en tirant vers le noir synonyme de début de maturité. L’on procède aussi à l’enlèvement des ronces, des herbes épineuses et autres pierrailles et ce, pour mettre les cueilleurs à l’aise et dans les bonnes conditions requises pour une olivaison optimale.

Les propriétaires les plus équipés et nantis en moyens procèdent carrément au décrassage de leurs glèbes des mauvaises herbes par moyen d’araires tractés d’autant plus que le sol se trouve humide avec les dernières pluies salvatrices pour l’agriculture. Dans la région de la vallée du Sahel, pour l’illustration, peu de paysans observent encore cette tradition agraire rituelle consistant en le nettoyage et débroussaillement de leurs oliveraies en préparation à la campagne oléicole laquelle interviendra dans quelques semaines. « Azevar » semble être un « néologisme » pour ceux qui ne l’ont jamais entendu, seules les personnes âgées connaissent ce mot et sa signification. « Azevar signifie l’émondage et le nettoyage des oliveraies dans le but de préparer la nouvelle campagne oléicole.

Les champs d’oliviers doivent être nettoyés et débarrassés de tous les déchets et herbes sèches épineuses surtout et ce pour faciliter la cueillette des olives. Jadis, on ne laissait jamais les oliveraies comme cela en proie aux mauvaises herbes et aux déchets, on les nettoyait sans cesse. Aujourd’hui que le mode de vie a changé, les gens n’ont plus le temps de s’occuper de leur oliveraies, ils viennent récolter les olives et s’en vont », regrette un septuagénaire d’Ath Mansour.

Y. Samir