Accueil Bouira Un ruisseau menaçant

AGHBALOU - Village Aamouche

Un ruisseau menaçant

80

Le ruisseau portant le nom d’Assif Aamouche qui traverse cette agglomération située au sud du chef-lieu de la commune d’Aghbalou, à forte concentration démographique, constitue une effroyable menace pour plus d’une vingtaine d’habitations situées sur ses deux rives. Etant plusieurs fois centenaire, ce ruisseau a profondément creusé le sol meuble en ces lieux au point où à l’heure actuelle le fond de sont lit se retrouve à quelques 03 mètres au dessous du niveau des fondations de ces maisons dont quelques unes sont à moins de 04 mètres de ce cours d’eau dont les violentes crues à la moindre averse provoquent la panique parmi les malheureux habitants qui vivent sous la terreur du déchaînement des éléments naturels durant toute la période hivernale.

Lors de notre passage sur les lieux mercredi dernier, nous avions constaté de visu les traces terrifiantes des débordements laissés par les crues des derniers orages de ce mois de septembre. Comme il a été aussi relevé les traces de débordements au niveau du dalot du chemin vicinal reliant Chorfa à Tazmalt (wilaya de Bejaia) via Aamouche dont les faibles dimensions n’ont pu contenir les trombes d’eau des crues en furie qui arrive avec une force inouïe en ces lieux, après avoir suivi un itinéraire de 04 km en forte gravitation sur un terrain accidenté à partir du village voisin d’Ath Hamdoun.

Le débordement à partir de ce petit ouvrage a complètement noyé la route sur plus de 100 mètres. Des riverains de ce ruisseau ayant des moyens ont commencé à réaliser des murs de protection en béton armé. Un ouvrage fort coûteux hors de portée des bourses de la majorité des villageois. Sur la partie basse du village, ces crues font d’incalculables dégâts sur des terrains agricoles hautement fertiles composés de vergers maraîchers et d’oliveraies qui font vivre des dizaines de familles qui n’ont que ces terres comme richesse.

Il est urgent d’envisager la pose de quelques longueurs de corrections torrentielles (gabionnage) pour canaliser ces menaçantes crues dont les débordements sur ces vergers comportent aussi les risques de maladies à transmission hydrique (MTH) sachant que tous les rejets d’assainissements de Aamouche et ceux de la zone éparse au nord du village sont lâchés dans le lit de ce ruisseau. Les responsables locaux sont donc interpellés pour faire le nécessaire et éloigner les dangers qui guettent les villageois d’Aamouche.

Oulaid Soualah