Accueil Bouira Une commission d’enquête réclamée

HAïZER - Deuxième semaine de grève au lycée Ahmed Amzil

Une commission d’enquête réclamée

255

Alors que la grève des enseignants du lycée Ahmed Amzil de la commune de Haizer est à sa deuxième semaine, des dizaines de parents d’élèves de cet établissement ont tenu, hier matin, un rassemblement de protestation pour réclamer l’intervention des responsables du secteur, afin de mettre un terme au conflit qui oppose les professeurs à la direction du lycée. Un conflit qui date du début de l’année.

Les protestataires ont aussi réclamé la mise en place d’une commission d’enquête ministérielle pour mettre toute la lumière sur l’origine de ce conflit, intervenu suite à la modification des horaires d’entrée et de sortie de l’après-midi.

«La situation devient urgente et les responsables du secteur doivent intervenir très rapidement, car la scolarité de nos enfants est en jeu !», a déclaré l’un des parents d’élèves. Pour ce dernier, les horaires d’entrée et de sortie des classes doivent être élaborés conjointement avec les enseignants, l’administration et les parents d’élèves, afin d’assurer de bonnes conditions de scolarisation aux élèves : «Tous les paramètres doivent être pris en considération, lors de l’élaboration des plannings et des horaires de travail. Nous réclamons l’envoi d’une commission d’enquête pour situer les responsabilités de toutes les parties et nous exigeons la convocation d’une Assemblée générale, qui regroupera tout le monde, où nous pourrions sortir avec une solution consensuelle et définitive à cet épineux problème, car nous refusons que nos enfants soient otages d’un conflit d’ordre administratif.»

A rappeler, par ailleurs, que les enseignants de ce lycée ont entamé leur mouvement de grève le 7 janvier dernier, suite au changement par l’administration des horaires de travail. Les grévistes ont d’ailleurs conditionné la fin de leur grève par le départ du directeur qui, selon eux, serait responsable «de la situation de pourrissement et de l’absence de canaux de dialogue au sein de cet établissement».
O. K.