Accueil Bouira Une localité renommée pour son poivron

M'Chedallah

Une localité renommée pour son poivron

161

Les produits agricoles notamment du terroir sont très prisés par les ménages de par leur qualité gustative et leur caractère bio. En effet, la demande sur ces produits ne baisse jamais nonobstant les prix qui sont généralement exorbitants.

Et c’est justement la demande accrue sur ce genre de denrées alimentaires, cultivées dans les jardins loin de l’agression aux pesticides, qui est derrière la hausse des prix. Comme il est le cas pour la figue précoce appelée localement Abakour qui s’est vendue à des prix, faut-il le souligner, oscillant entre 200 et 300 DA/kg.

D’autres produits du terroir cueillis des potagers et autres jardins de particuliers connaissent la même situation avec une demande en hausse de la part des clients et parallèlement des tarifs en augmentation, et ce, d’année en année. À l’exemple du poivron local appelé communément en kabyle « Ifelfel t’murt » lequel a fait son apparition dernièrement sur les étals de certains commerces.

Des vendeurs qui cultivent ce légume se postent sur les trottoirs afin d’en vendre des quantités. À l’image de ce paysan de M’Chedallah qui a mis en vente, samedi dernier, ce poivron certes de volume petit mais très apprécié par les consommateurs, de par sa qualité gustative et le fait qu’il soit également Bio et non traité aux produits chimiques.

Des clients s’agglutinaient devant son étal en se l’arrachant presque. Même à 200 DA/kg, ce type de poivron se vend le plus normalement du monde. Ifelfel n t’murt a un goût particulier, sa saveur et sa qualité n’ont rien à voir avec le poivron cultivé dans les serres, lequel est bourré de pesticides et d’engrais, en plus, il n’a aucune saveur.

« Bien que petit, ce poivron du terroir garde toute sa qualité gustative, il est mi-doux mi-piquant, d’où sa particularité. J’aime l’accompagner avec surtout du couscous. » nous dit ce père de famille accosté sur les lieux.
Y. S.