Accueil Kabylie Enfin un accord pour le ramassage des ordures !

Larbaâ Nath Irathen

Enfin un accord pour le ramassage des ordures !

146

Cela fait plusieurs jours que les ordures ménagères de la localité de Larbaâ Nath Irathen ne sont pas ramassées à cause de la fermeture de la décharge communale, sise à l’extrémité du chef-lieu, par les habitants des maisons et des cités voisines, souffrant le martyre à cause de cette proximité.

Depuis mardi dernier, plusieurs jeunes, notamment de cette localité et des quartiers limitrophes à cette décharge sauvage, ont procédé à sa fermeture pour mettre fin à leurs calvaire, en l’occurrence les odeurs qui s’en dégagent et les feux qui ne cessent de se déclencher surtout durant l’été.

Dès sa fermeture, le P/APC s’est déplacé sur les lieux et a entamé un dialogue avec ces jeunes, en vain ! Le premier contact s’est soldé par un échec et aucun terrain d’entente n’a été trouvé. Entre-temps, à défaut d’arriver à un accord, les ordures s’entassent jusqu’à former des montagnes.

Depuis le début de ce bras de fer, soit le 18 juin de l’année en cours, les détritus ne sont pas ramassés dans l’ensemble de la localité, car l’APC n’a pas de décharge. Avec le début de l’été et les pics de température, une odeur nauséabonde se dégage de ces piles d’immondices. Le maire, voulant mettre un terme à cette situation, a convoqué dans l’urgence, samedi dernier, l’ensemble des Comités de village et de quartier dans l’espoir de trouver une solution à cet épineux problème.

Lors de cette réunion, plusieurs propositions ont été faites par les différentes parties, à commencer par la clôture de cette décharge par un mur pour éviter le déversement des déchets. Il a été également proposé d’affecter en permanence un gardien pour contrôler la décharge en question et surtout autoriser uniquement la localité de Larbâa Nath Irathen à y déverser ses déchets, le temps de trouver un CET ou un autre site. Il a été question aussi de raccorder la décharge à une conduite d’eau, ce qui a été jugé nécessaire, ou de mettre du sable ou de la terre, après chaque déversement de déchets par la localité pour éviter les mauvaises odeurs et les départs de feux, qui pénalisent les citoyens.

Une fois les garanties données par le P/APC ainsi que l’ensemble des présents, une délégation composée de nombreux citoyens fut désignée pour dialoguer avec les jeunes protestataires. Malgré les garanties données, ces derniers campent sur leurs positions, car ils estiment que leur calvaire a trop duré et que ces solutions arrivent trop tard.

En effet, à plusieurs reprises, des promesses leur ont été faites par les anciens P/APC mais à ce jour rien n’a été fait. Bien que la délégation ait donné des garanties, qui consistent à prendre en considération les propositions et les appliquer, ils ne comptent pas revenir en arrière. Aux dernières nouvelles, le P/APC ainsi que ses élus se sont réunis avec les jeunes qui ont fermé la décharge, le 23 juin à 22h30. Ils ont pu arriver à un accord autour des garanties et les points déjà soulevés.

Dans une vidéo relayée par les réseaux sociaux, rendant comptant de cette réunion, le P/APC annonce les décisions prises et salue l’initiative de ces jeunes et de l’ensemble de la population et des Comités de village. Dans la nuit-même, les agents de la voirie, aidés par plusieurs volontaires, ont procédé au nettoyage de la localité, à commencer par le chef-lieu.
Youcef Ziad