Accueil Kabylie Interdiction d’étalage sur la grande rue

Aïn El-Hammam

Interdiction d’étalage sur la grande rue

53

Pour mettre fin au désordre créé par certains marchands, le président de l’APC d’Aïn El Hammam vient de signer un arrêté communal portant l’interdiction d’étalage des produits alimentaires ou autres sur les trottoirs. Les quelques tables disséminées sur la grande rue, tolérées il y a quelques années, ont vu d’autres plus imposantes s’«incruster» dans les recoins de la ville, au point qu’il est devenu difficile de circuler à pied ou en voiture.

Force est de reconnaître que depuis un certain temps, des individus, venant de tous les horizons, squattent entièrement le tronçon de la rue jouxtant le marché bihebdomadaire. Non contents d’étaler leurs marchandises que durant les jours du marché, ils ont transformé la rue en un marché quotidien.

Les trottoirs ne leur suffisant décidément pas, ils installent leurs marchandises sur le bitume, créant maints désagréments aux piétons et automobilistes, qui doivent slalomer entre les étals pour circuler. Les tables utilisées pour exposer des produits durant la journée ne sont pas démantelées le soir. Elles demeurent sur place, comme si les vendeurs avaient acquis les lieux et ils interdisent à quiconque d’y garer son véhicule ou d’entreposer quoi que ce soit.

Les détritus issus de ces commerces s’amoncellent et donnent aux lieux une image peu agréable. La décision du P/APC vient à point nommé pour remettre de l’ordre dans la ville. Comble de l’ironie, les automobilistes, qui ne trouvent pas de place de stationnement, se garent dans l’enceinte de l’aire du marché, un espace censé être exploités par ces mêmes vendeurs qui squattent l’asphalte. Pourtant, cette aire de vente n’est située qu’à quelques mètres en contrebas.

La population est unanime à demander l’application des termes de l’arrêté sans concession. Dans le cas contraire, il deviendra impossible de déloger ces importuns. Le second problème que la mairie s’attache à régler concerne le squat des trottoirs par les commerçants, qui en font des dépendances de leurs magasins. Pour circuler le long de cet endroit réservé aux piétons, les citoyens doivent être vigilants pour éviter d’entrer en collision avec une brouette, une scie ou un quelconque objet dangereux.

A. O. T.