Accueil Kabylie La pénurie du lait en sachet persiste

Bouira

La pénurie du lait en sachet persiste

56

Le manque de lait en sachet est palpable à travers la wilaya de Bouira, où les supérettes n’en sont approvisionnées que rarement. C’est le cas au chef-lieu de wilaya, où la crise du lait pasteurisé sévit depuis plusieurs semaines. Il faut rappeler que Bouira, avec ses deux laiteries en activité, ne produit que 30 000 sachets par jour. Certes, les laiteries de Boumerdès, Tizi-Ouzou et Béjaïa assurent la livraison vers la wilaya de Bouira, mais elles sont loin de satisfaire toute la demande.

Selon la Direction des services agricoles et la Direction du commerce de la wilaya de Bouira, le manque du lait en sachet est un constat que nul ne peut contredire. «Les capacités théoriques actuelles de la wilaya de Bouira, en matière de production de lait en sachet, sont de 36 000 litres/jour, alors que la consommation est estimée à 260 000 sachets/jour. Nous dépendons, donc, essentiellement des laiteries des wilayas voisines», indiquait récemment Gamri Ahmed, directeur du commerce de la wilaya de Bouira.

Le directeur des services agricoles, Djoudi Ganoune, assure, quant à lui, avoir transmis aux autorités ministérielles un dossier complet sur la filière lait, indiquant que d’autres investisseurs ont émis le vœu d’implanter des unités de production de lait et ses dérivés à travers la wilaya. Mais jusqu’à présent, la tension persiste sur ce produit de première nécessité. Par ailleurs, plusieurs propriétaires de supérettes et de commerces en alimentation générale refusent de se faire approvisionner par les livreurs des wilayas limitrophes, car jugeant la quantité de ces produits trop minime.

«Nous ne voulons pas envenimer davantage la situation, en distribuant du lait pasteurisé au compte-gouttes, ce qui est loin d’être évident avec les 200 sachets qu’on nous livre un jour sur deux», estime Rachid, propriétaire d’une supérette au chef-lieu. Les citoyens, eux, sont excédés par cette sempiternelle crise de lait, sachant que la plupart d’entre eux n’ont pas les moyens de s’offrir d’autres produits de substitution, comme le lait en poudre ou le lait UHT.

Hafidh Bessaoudi