Accueil Kabylie La population apporte son soutien

BENI ZMENZER - Grève illimitée des transporteurs

La population apporte son soutien

59

La population de Béni Zmenzer a apporté son soutien aux transporteurs de voyageurs qui ont entamé, avant-hier, une grève générale et «illimitée» pour dénoncer le retard mis dans les travaux de revêtement du CW2. C’est dans la soirée de dimanche, premier jour du débrayage des transporteurs, que plusieurs citoyens de la localité, regroupés dans une école, ont tenu à exprimer leur soutien à l’action des transporteurs de voyageurs, afin de mettre la pression sur les autorités locales, appelées depuis plusieurs mois à entamer les travaux de remise en état de la route qui relie leur commune au chef-lieu de wilaya.

Il faut dire qu’un long tronçon du chemin de wilaya n°2 est devenu difficile à emprunter depuis près de deux ans, des suites des travaux de rénovation du réseau principal d’alimentation en eau potable. Néanmoins, la fin de ces travaux, depuis près de deux ans, n’a pas été suivie par la remise en état de la chaussée qui s’est dégradée davantage sous l’effet du climat, mais aussi sous le poids des véhicules et engins qui l’empruntent quotidiennement.

Les interpellations répétitives des citoyens, notamment les usagers de cette route principale qui relie plusieurs villages et d’autres communes du sud de la wilaya, n’ont pas eu d’échos auprès des autorités municipales. Bien que celle-ci ne soit pas directement responsable des travaux sur les chemins de wilayas qui, eux, relèvent de la direction des travaux publics, les Ath Zmenzer se disent exaspérés par les déclarations «peu cohérentes» du maire.

Celui-ci est accusé de «passivité et d’inaction» : «Si notre maire était soucieux de nos préoccupations, concernant en l’occurrence l’état de cette route, qu’il emprunte pourtant quotidiennement, il aurait tout fait pour que la DTP engage les travaux depuis plusieurs mois déjà», peste un citoyen. Un autre dira : «Nous comprenons la douleur et les difficultés que vivent les transporteurs, mais aussi tous les usagers qui l’empruntent quotidiennement, c’est pour cela que nous tenons à leur apporter notre soutien et nous nous engageons à ne pas nous taire tant que cette route n’est pas remise en état».

De leur côté, les transporteurs, qui ne sont pas à leur première action, ont pris la «ferme décision de ne pas renoncer à cette action quels que soient les engagements que le maire aura à nous apporter, car il nous a trop dupés». En somme, la grève générale risque de durer dans le temps, bien qu’hier, l’entreprise retenue pour le bitumage de cette route, ait entamé les travaux sur le tronçon à l’entrée d’Alma, chef-lieu de la commune. «Nous ne mettrons pas fin à notre action jusqu’au lancement effectif des travaux de bitumage sur l’ensemble des tronçons détériorés», déclare un transporteur que nous avons rencontré sur place.

Avant-hier, le maire de la commune, Ali Daoud, a assuré que «l’entreprise réalisatrice a été choisie et qu’elle a installé son matériel sur place, mais il reste à la commission des marchés de la wilaya de signer l’ODS après que nous ayons levé toutes les réserves qui nous ont été émises». «Je lance un appel urgent aux autorités de la wilaya, notamment à la DTP, d’autoriser le début des travaux en attendant que l’ODS soit signé, il y va du bien-être quotidien des milliers de travailleurs et écoliers qui empruntent chaque jour ce chemin et qui sont, en plus, pénalisés par la grève des transporteurs», a-t-il ajouté. Notons qu’au premier jour de la grève, certains chauffeurs de taxi et autres clandestins ont sauté sur l’occasion pour proposer des courses à 1000 dinars pour une distance de 11 km qui sépare le chef-lieu de la wilaya au chef-lieu de la commune.

Lyes Mechouek