Accueil Kabylie La vaccination se poursuit

TIZI-GHENIFF - Lutte contre la PPR

La vaccination se poursuit

27

La subdivision agricole a reçu au total 4 700 doses de vaccin anti PPR. «Les doses sont suffisantes. Nous avons 1 800 doses pour Tizi-Gheniff, 1 600 pour M’Kira et 1 300 pour Aït Yahia Moussa», a détaillé Hakima Aliouane, la subdivisionnaire agricole de cette circonscription. Pour notre interlocutrice, l’opération, entamée au début du mois de mars, se poursuit toujours. «Pour la commune de Tizi-Gheniff, elle est prise en charge par un vétérinaire privé alors que notre division couvre celles de M’Kira et d’Aït Yahia Moussa.

Nous accusons toutefois un peu de retard à cause de la grève des institutions publiques, parce que notre campagne est menée avec la collaboration des APC», a-t-elle expliqué. Cependant, a-t-elle assuré, l’opération se déroule dans de très bonnes conditions. «Nous avons constaté que les éleveurs ont bien répondu à nos appels parce qu’ils sont conscients des dégâts occasionnés par cette maladie (peste des petits ruminants) dans d’autres wilayas.

Et il faut aussi savoir que la vaccination et le vaccin sont gratuits. Cela a encouragé énormément nos éleveurs à faire vacciner leur cheptel», a-t-elle souligné. Selon la même responsable, entre-temps, une campagne de vaccination anti-aphteuse pour les bovins a été lancée. «Nous avons jugé utile de lancer en parallèle cette vaccination», a signalé Hakima Aliouane. Par ailleurs, cette dernière a évoqué le programme des pistes agricoles programmées dans les trois communes. «Les travaux des pistes avancent bien.

Ce programme de soutien à l’agriculture de montagne réussit. Il suffit de le suivre au pas à pas», précise-t-elle. Dans cette daïra, comme à Draâ El-Mizan, connue pour ses cultures céréalières, les récoltes sont prometteuses. «Les dernières pluies ont été salvatrices. On peut d’ores et déjà dire que les rendements seront excellents non seulement grâce à ce don du ciel mais aussi au suivi qui se fait dans les champs de blé (…)», se félicite la subdivisionnaire.

En outre, il a été constaté que le barrage d’eau ainsi que les retenues colinéaires sont remplis. Un atout supplémentaires pour développer les cultures maraîchères, surtout la pastèque qui réussit beaucoup dans les plaines de Tizi-Gheniff et dans la basse-M’Kira, plus précisément à Tamdikt. Néanmoins, pensent les paysans, il serait temps de revoir le système d’irrigation «dépassé et vétuste» pour un meilleur rendement.

Amar Ouramdane