Accueil Kabylie L’APC dénonce des lenteurs

SOUK EL-TENINE - Projet de construction d’un hôpital

L’APC dénonce des lenteurs

150

Le projet de réalisation d’un hôpital de 60 lits à Maâtkas, au niveau de l’assiette de terrain abritant habituellement le stade communal Fekrane, a été inscrit et accordé depuis 2012. Mais jusqu’à l’heure, il n’a connu aucun semblant de début des travaux, et ce malgré l’insistance des élus et de la population et les promesses des différents responsables du secteur.

Faisant défaut dans la région, ce qui pénalise grandement les citoyens, cet hôpital tarde à se concrétiser, et ce malgré le fait que l’enveloppeme financière qui lui a été accordée ait été revue à la hausse. D’ailleurs, cet argument a été avancé à maintes reprises pour justifier ce retard. En effet, de 10 milliards de centimes, elle est passée à 60 milliards pour enfin atteindre 200 milliards, comme annoncé par les autorités en charge du secteur, en mars dernier.

Auparavant, le projet avait été gelé, suite aux restrictions budgétaires imposées, ces dernières années, par les autorités. Tout ce retard n’est pas fait pour rassurer la population quant à la sincérité et l’engagement des autorités, en ce qui concerne la réalisation de cet hôpital. Et le P/APC, Slimane Khermous de préciser : «Cela fait 6 mois que la revalorisation et le dégel du projet ont été annoncés sur les ondes de la radio par le premier responsable du secteur de la wilaya. Malheureusement, rien de concret n’est venu appuyer ces déclarations. L’avis d’appel d’offres n’a même pas été lancé, ce qui présage que nous sommes bien partis pour attendre encore longtemps avant de voir un semblant de début des travaux.

De ce fait, la population est sceptique et en déduit que l’annonce du dégel, au mois de mars, est juste une entourloupette destinée à calmer les esprits. Nous subissons beaucoup de pression de la part des citoyens, dont la patience commence à s’épuiser.» M. Khermous appelle, encore une fois, l’État à assumer ses responsabilités et à tenir ses promesses vis-à-vis de son peuple.
R. A.