Accueil A la une L’entreprise plie bagage

AÏN EL-HAMMAM - Démolition des anciens bâtiments

L’entreprise plie bagage

71

L’entreprise qui devait initialement procéder à la démolition des bâtiments menaçant ruine, au centre-ville d’Aïn El Hammam, vient de plier bagage. Elle vient de récupérer ses engins installés sur les lieux depuis plus de deux mois.

En effet, après maintes tergiversations, le matériel qui occupait un grand espace dédié au stationnement vient de se libérer, depuis la nuit de mardi dernier, au grand étonnement de la population, laquelle attendait plutôt le début des travaux. Aït Salah Mohand Saïd, vice-président de l’APC dira : «C’est la Commission d’arbitrage, siégeant à Alger, qui avait, après étude des dossiers de trois entreprises soumissionnaires, décidé d’octroyer le marché à celle considérée comme étant la moins-disant.» Cela devait permettre à l’Etat de faire des économies.

Notre interlocuteur a ajouté que l’entreprise retenue, qui ne tardait pas à venir sur les lieux pour commencer les travaux, est une entreprise étatique ayant son siège social dans la wilaya de Chlef.

«Le plus tôt sera le mieux vu l’urgence de la situation», disent les passants qui ne cessent de s’informer sur la suite donnée à l’arrêté de démolition, qui tarde à être exécuté. La population, qui constate chaque jour le mouvement du sol s’aggraver, espère voir le danger écarté le plus vite possible, avant que l’irréparable se produise. Les riverains affichent leur satisfaction et espèrent voir «la fin de ce feuilleton».

Trop de temps a été perdu depuis que le P/APC a pris l’arrêté de démolition et les rapports des services techniques.

Rappelons que deux immeubles construits il y a une dizaine d’années ont subi un mouvement du sol de cette partie de la ville classée zone rouge. Inclinés vers le bas de plus d’un mètre, ils risquent de s’écrouler d’un moment à l’autre et de provoquer l’irréparable, surtout que le marché continue de se tenir en contrebas.

Faisant fi des avertissements de l’APC, qui avait clôturé le périmètre dangereux, les marchands ambulants ont enlevé la barrière pour étaler leur marchandise au risque de leur vie et de celles de leurs clients. C’est dire que le début des travaux est attendu avec impatience.
A.O.T.