Accueil Kabylie Les explications du maire

KHEMIS EL-KHECHNA - Surcharge des classes, restauration, chauffage…

Les explications du maire

91

La prise en charge des écoliers laisse à désirer dans la commune de Khemis El-Khechna, ex-Foundouk, au Sud-ouest de Boumerdès. Le problème de la surcharge des classes (tous paliers confondus) se pose avec acuité dans cette grande localité de par sa densité démographique.

Ce qui impacte lourdement le rendement des élèves, auxquels il devient difficile d’assimiler leurs cours dans pareilles conditions. En tout, la commune dispose de 28 écoles primaires, de six collèges et deux lycées, à Plateau et au quartier Omar Klalach.

Pour mettre un terme à la surcharge des classes, les pouvoirs publics ont accordé des projets portant sur la réalisation de groupes scolaires et l’extension de salles de classes au niveau de différents quartiers et centres urbains de la commune. Lors de sa visite dans la région, le wali avait ordonné le réaménagement des locaux commerciaux du Président, abandonnés jusque-là, en établissement du primaire, pour améliorer un tant soi peu les conditions de scolarisation des élèves de l’école Abdeslam Mohamed de Plateau, la plus grande de la région.

Le projet de réalisation d’un groupement scolaire D1 à Sidi Serhane n’est pas encore lancé en raison de contraintes liées au passage d’une ligne de moyenne tension (MT) et d’une conduite d’eau potable. Le P/APC dira que l’Assemblée a dégagé un montant de 140 millions pour le transfert de la conduite d’eau potable. En plus de l’extension de six classes à Chebacheb, l’on y a prévu la réalisation de trois nouveaux établissements et des extensions à Ouled Ali, qui accueille un nombre considérable d’élèves.

En outre, quatre classes en préfabriqué ont été implantées à l’école Mohamed Sbagh Seghir et deux autres à Chouarbia. A signaler, par ailleurs, le manque de moyens d’accompagnement dans le même secteur de l’éducation. En effet, onze sur les 28 écoles primaires de la région ne sont pas dotées de réfectoires. Dix-huit établissements ne sont pas encore raccordés au gaz naturel.

Ils sont chauffés aux poêles à mazout ou autres bains d’huile qui tombent souvent en panne. «Nous allons doter les établissements primaires de citernes GPL financées par la DAL», rassure, par ailleurs, le P/APC. A signaler que le taux de couverture en gaz de ville dans la commune est le plus faible dans toute la wilaya, avec seulement 20 %. «Un projet de 267 km de réseau de gaz naturel est inscrit au profit de notre localité avec un montant de 85 milliards», assure Boudelaâ, le P/APC.

Ces opérations toucheront Ouled Ali et Chebacheb notamment. En matière de ramassage scolaire, l’APC dispose de huit bus, dont deux, en panne, ne sont pas réparés à ce jour «en raison de l’absence d’un mécanicien», dit-on. Pourtant, l’APC avait signé un contrat avec un mécanicien privé pour la réparation de son parc roulant, qui avoisine 53 véhicules.

Une autre convention est en passe d’être signée avec des transporteurs privés pour parer au manque de transport scolaire. Sur les accotements de la route de Bendenoun et de Kadi, qui connaît des travaux de canalisation, des dizaines d’écoliers parcourent à pied le chemin vers l’école de Zdigha, avec tous les risques encourus. Les élèves défavorisés habitant dans les bidonvilles sont les plus pénalisés par le manque de moyens de ramassage scolaire, en sus des élèves de Haouche Kermana.

Youcef Z.