Accueil Kabylie Les pré-bénéficiaires réclament leurs clés

Tizi-Gheniff - 164 logements en attente d’attribution

Les pré-bénéficiaires réclament leurs clés

235

Les pré-bénéficiaires des logements réalisés dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire sont inquiets. Ils attendent depuis longtemps leurs clés, en vain. En effet, 164 logements sont déjà achevés depuis belle lurette mais ils ne sont pas encore attribués. «Les listes ont été affichées en février dernier mais pour le moment, on nous dit toujours que la commission n’a pas encore rendu la liste définitive. Nous avons peur de ne pas habiter ces logements, cet hiver», dira un pré-bénéficiaire.

Et de poursuivre : «Pourtant, les responsables nous ont promis qu’on recevra les clés dès la validation de la liste par la CNL. Mais nous ne voyons rien venir.» Il est à signaler que beaucoup de recours ont été introduits. On a même appris que le travail réalisé par les différentes commissions serait refait par la commission dépêchée par la wilaya. «La commission fait son travail. Il y a seulement certains cas à revoir. On rassure nos concitoyens qu’ils auront leurs clés bientôt», confiera une source proche de ce dossier.

D’ailleurs, l’OPGI avait envoyé un courrier à la daïra pour inviter les bénéficiaires à régler les droits d’entrée. Il est à noter que les bénéficiaires sont recensés dans les cités du Stade et la cité dite Evolutive. «Nous avons habité ici au lendemain de l’indépendance. Cinquante-sept ans après, nous sommes toujours là. Si nous sommes écartés de la liste, nous ne quitterons pas les lieux même s’ils démoliront ces habitations sur nos têtes», dira un père de famille résidant à la cité Évolutive, qui se sent lésé. Et de poursuivre : «J’habite chez ma belle-mère.

Des résidents ont quitté leurs habitations depuis des années mais ils sont sur la liste.» Selon une autre source proche de l’APC, les listes des bénéficiaires répondent aux critères d’attribution de logements dans le cadre du RHP. «Il y a un barème et il y a aussi le recensement fait avant la réalisation de ces logements. Tous les occupants de ces habitations précaires en ont bénéficié», poursuivra la même source. Les responsables de l’APC rassurent, de leur côté, que dès que les listes seront finalisées, les bénéficiaires auront leurs clés, et ce après avoir réglé les droits d’entrée.

En tout cas, ce programme est arrivé à point nommé afin de régler définitivement le problème de l’habitat précaire hérité de l’époque coloniale. «Ce sont les dernières cités coloniales qui restent dans notre chef-lieu communal. La première cité éradiquée était celle dite de la Gendarmerie. Au total, 80 familles ont été relogées en 2014», expliquera un membre de l’exécutif. Pour le moment, il y a aussi 200 logements sociaux lancés sur la route de Tahachat, en attendant la livraison d’un autre projet achevé au niveau de la cité dite des 100 Logements», conclura notre deuxième source.

Amar Ouramdane