Accueil Kabylie Les souscripteurs de Maâtkas s’insurgent

AADL 2 - Après leur pré-affectation à Draâ El Mizan

Les souscripteurs de Maâtkas s’insurgent

73

Ils sont plus d’une trentaine de souscripteurs à se mobiliser pour annuler leur pré-affectation à Draâ El Mizan non pas parce qu’ils n’aiment pas cette ville mais pour d’autres considérations qu’ils estiment très logiques. «Ils sont en colère et il y a de quoi l’être», selon M. Ziani, l’un des membres du Collectif des souscripteurs AADL2 de la circonscription de Maâtkas qui ne compte pas se taire devant ce qu’il qualifie d’arbitraire et d’injuste.

Ainsi, dans une correspondance adressée au directeur de l’AADL, dont une copie nous est parvenue, le Collectif s’insurge contre les pré-affectations des souscripteurs originaires de Maâtkas à Draâ El Mizan : «A la surprise générale, les premiers inscrits de Maâtkas ont reçu des pré-affectations vers le site de Draâ El Mizan qui est, pour la plupart, classé à la quatrième (dernière) position dans la fiche des vœux», lit-on, entre autres, sur le document.

Une décision qui n’obéit ni à l’ordre chronologique ni au lieu de résidence des intéressés et encore moins à leur choix, explique M. Ziani pour justifier le rejet catégorique des souscripteurs AADL2 de ces pré-affectations. Il faut savoir, outre cela, que des bénéficiaires résidant à quelques encablures d’Oued Falli, où est implanté le Pôle d’excellence, ont fait le vœu d’être logés pas très loin, alors que d’autres ont opté pour celui de Tamda. Mais aucun d’entre eux n’a été affecté au site qu’il a choisi et tous l’ont été à Draâ El Mizan, sise à une quarantaine de kilomètres de leurs villages d’origine.

Le Collectif des souscripteurs AADL2 a aussi tenu à rappeler dans son recours, les engagements de l’ancien ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, en date du 19 mai 2015, où il avait déclaré, entre autres : «La distribution des pré-affectations doit respecter l’ordre chronologique d’inscription des souscripteurs, au programme 2013». Les dizaines de souscripteurs de la daïra de Maâtkas ne comptent «pas rester les bras croisés tout en se disant garder espoir de parvenir à un compromis avec les responsables de l’AADL. «Pour ce qui est de notre rapprochement à nos villages d’origine, les sites d’Oued Falli et Tamda sont les plus près», fait-on remarquer.

I Lounès