Accueil Kabylie Ouverture prochaine d’un centre spécialisé

AGHRIBS - Enfants inadaptés mentaux

Ouverture prochaine d’un centre spécialisé

121

L’association sociale Les enfants du cœur ouvrira prochainement à Tamassit, dans la commune d’Aghribs, son troisième centre psychopédagogique, pour la prise en charge d’enfants inadaptés mentaux. Cet établissement, qui sera baptisé «Petit Jugurtha», accueillera les enfants, de cinq à seize ans, atteints de différents troubles et issus de la partie Est et maritime de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Il constituera sans doute une bouffée d’oxygène pour des centaines de parents dont les enfants souffrent de retard mental (léger, moyen ou profond), d’autisme, de trisomie 21 ou de difficultés d’apprentissage scolaire. Le choix des locaux devant abriter les services de ce centre, en l’occurrence l’ancien CEM Yermeche Omar de Tamassit, qui a déménagé il y a deux ans dans une autre structure, répond à la sollicitation de la CNAS de Tizi-Ouzou d’ouvrir un centre dans cette région, qui englobe les daïras d’Azazga, Azeffoun et Ouaguenoun, vu le nombre important de cette catégorie d’enfants dans cette contrée.

Après plusieurs démarches, le choix de cet établissement scolaire, qui répond à toutes les normes, s’est imposé de lui-même. Il comprend six classes en dur, un grand réfectoire et plusieurs classes en préfabriqué. C’est le troisième centre de ce genre que ladite association ouvrira après celui d’Aït Aïlem, à Aïn El-Hammam, et celui de Tizi Gheniff.

Des centres qui ont pour mission l’éducation, le renforcement de l’estime de soi, l’accompagnement des parents, l’insertion professionnelle, l’éducation motrice et la rééducation orthophonique, le suivi psychologique et le bien-être, l’épanouissement de toutes les potentialités intellectuelles, affectives, corporelles ainsi qu’une autonomie sociale et professionnelle. Pour l’aboutissement de ces objectifs, un staff pluridisciplinaire sera recruté dans le cadre du dispositif de l’insertion des diplômés.

Il y aura, entre autres, des psychologues cliniciens, des orthophonistes, des éducateurs spécialisés, des autres auxiliaires de vie… Il y a lieu aussi de signaler qu’en plus de la prise en charge psychopédagogique des enfants, ce centre et l’association sont appelés aussi à assister et à prendre en charge psychologiquement les parents, appelés aussi à s’impliquer dans la mise en œuvre du projet du centre.

«La réussite de cette association qui, en un laps de temps relativement court, a pu soulager des centaines de familles, souvent très pauvres, est un exemple à suivre et une leçon pour toute la société civile, en général, pour une implication directe dans la gestion et la résolution de différents problèmes sociaux. Un sursaut citoyen et civique», souligne un habitant de la région qui se félicite de ce futur acquis.

M. I. B.