Accueil A la une Takerboust éludée !

AGHBALOU - Programme CGSCL destiné au gaz

Takerboust éludée !

260

Le raccordement de près de 1 000 foyers au réseau de gaz naturel à Takerboust, chef-lieu de la commune d’Aghbalou, est encore une fois renvoyé aux calendes grecques. Preuve en est que tous ces foyers n’ont pas été retenus dans le cadre du nouveau programme de la Caisse de garantie et de solidarité des collectivités locales (CGSCL) portant sur le raccordement de plus de 9.000 foyers des zones rurales, au réseau de gaz. Un programme qui, il faut le souligner, est doté de 400 milliards de centimes et devrait, en principe, répondre à la demande, en cette énergie, notamment en région montagneuse.

Il est aussi censé mettre un terme aux souffrances des populations de montagne, en proie aux conditions climatiques très rudes. Pis encore, le document intitulé «Programme du CGSCL de raccordement au gaz» et recensant les foyers de la wilaya non encore raccordés ne mentionne aucunement les 1.000 foyers du chef-lieu d’Aghbalou, dépourvus de cette énergie. Dans le même document remis aux maires, récemment, et qu’on a pu consulter, cette commune a été carrément zappée. S’agit-il d’une omission ? Ça n’en est pas une, car les devis quantitatif et estimatif portant le nombre de foyers non raccordés de cette localité et le coût des travaux à mener se trouvent depuis plusieurs mois, au niveau des services de la Concession de distribution de Bouira.

C’est ce qu’on a appris, récemment, auprès du maire de cette commune, Nacer Hamoum. De son côté, l’ex-P/APC d’Aghbalou et actuel élu de l’APC Nacer Bellal a expliqué que «le dossier du gaz de ville, au niveau du chef-lieu communal, a été ficelé et reficelé durant son mandat». Aussi et selon les informations en notre possession, des études techniques des sites non encore raccordés ont été bel et bien menées et à plusieurs reprises par les services de l’énergie de la wilaya. Il ne s’agit donc pas d’une omission. Le chef-lieu d’Aghbalou a été bel et bien ignoré, lors du recensement, et exclu du programme en question, a-t-on appris.

Élus et population crient à la marginalisation

Commentant cette situation, les élus de l’Assemblée populaire communale étaient unanimes à parler de «marginalisation». Sinon, comment expliquer le fait qu’une commune de montagne culminant à plus de 900 m d’altitude et enregistrant un des taux les plus faibles de raccordement au réseau de gaz à l’échelle de la wilaya ne soit pas incluse dans un important programme de gaz et qui plus est destiné aux zones rurales, ont soutenu des élus. A signaler que le taux de raccordement au réseau de gaz, au niveau du chef-lieu d’Aghbalou, avancé par le P/APC, est de seulement 23%. Un taux très faible et en-deçà de celui de la wilaya, qui dépasse 80%.

De même, chez la population, beaucoup ont crié à la marginalisation. «Cela fait des années que nous attendons d’être raccordés, au réseau de gaz, mais il n’en est toujours rien. Nos voisins ont été raccordés, il y a près de 8 ans, mais nous, on continue à endurer les affres du climat, surtout en hiver, et aussi à se démener comme des fous pour se procurer une bonbonne de gaz», a déploré un habitant de Takerboust. Et d’ajouter : «Si ce programme de 400 milliards de centimes avait été reparti d’une manière juste, notre localité aurait bel et bien eu sa part car il est destiné aux zones de montagne et la nôtre l’est par excellence, vu ses reliefs difficiles et son climat rude. Malheureusement, notre localité n’a rien vu venir et sa population n’a eu droit qu’à des promesses sans lendemain.»

Les mêmes promesses, a indiqué le maire, ont été faites par les autorités de wilaya à leur tête l’ex-wali Limani et par l’actuel P/APW et à plus d’une occasion pour prendre en charge le problème du gaz, au chef-lieu, en vain. Pourtant, des assurances ont été données à plusieurs reprises par les pouvoirs publics aux populations de montagne pour le raccordement de tous les foyers dépourvus de cette énergie ô combien importante. Seulement, des centaines de foyers, comme ceux du chef-lieu d’Aghbalou, n’ont toujours rien eu.
Djamel M.