Accueil Kabylie Thala Imesbahene désaltère ceux qui ont soif

Timizart

Thala Imesbahene désaltère ceux qui ont soif

357

Située au village Imesbahene dans la commune de Timizart, Thala Imesabahene est devenue l’un des lieux les plus fréquentés par les villageois et autres visiteurs qui y viennent pour s’y désaltérer ou afin d’y puiser son eau, particulièrement pendant la saison estivale où la demande est grandissante.

D’une part, on consomme beaucoup d’eau et d’autre part la plupart des foyers connaissent des problèmes de pénurie. En effet, l’eau de cette source naturelle est pure, agréable et douce. Elle s’écoule directement et continuellement de la montagne. «Depuis que j’ai bu cette eau pour la première fois, je ne peux plus passer par ici sans m’arrêter pour remplir mes seaux. C’est vraiment un plaisir !», a assuré un citoyen. A noter que cette fontaine a été réalisée en même temps que le village Abizar, soit environ six siècles.

A l’époque, ses habitants ramenaient l’eau, en utilisant des moyens traditionnels. Mais aujourd’hui, c’est différent. «Je me souviens que quand j’étais petite, j’y venais avec ma grand-mère. On ramenait de l’eau dans des seaux en argile. Mais aujourd’hui, il ne me reste que des souvenirs», a déploré Chabha, une dame rencontrée sur place. Après sa rénovation, en 2012, l’eau est acheminée jusqu’au bord de la route par une conduite, afin de la mettre à la disposition des passagers en voiture, qui en prennent en grande quantité.

D’ailleurs, sur la route menant à Thala Imessbahene, il arrive que des bouchons se forment en fin d’après-midi. Bien que son eau coule sans interruption, de longues files d’attente se forment devant le seul robinet qui existe sur place. «Je dois attendre longtemps pour remplir mes seaux», a indiqué Omar, qui est venu du village Boushel. Et d’enchaîner : «On espère que la fontaine sera équipée d’autres robinets.» Thala Imessbahene est une richesse qui doit être protégée et bien exploitée. C’est un véritable trésor naturel dont doivent profiter les futures générations.
Farhat Tidjedam