Accueil Tizi Ouzou Souk El Tenine et Souk El Khemis en état de dégradation avancé

Maâtkas Ce sont pourtant deux chefs-lieux communaux

Souk El Tenine et Souk El Khemis en état de dégradation avancé

8361

Les 2 chefs-lieux communaux de la daïra de Maâtkas, Souk El Tenine et Souk El Khemis, sont tout bonnement abandonnés par les autorités compétentes.

Les études relatives à l’amélioration urbaine ont été déposées depuis fort longtemps au niveau de la wilaya, mais rien n’est venu pour améliorer, un temps soit peu, l’état des lieux. Bien au contraire, celui-ci se dégrade chaque jour un peu plus, au grand dam des citoyens. A Maâtkas ville, l’axe principal du chemin de wilaya 147 est dans un état lamentable, surtout après le passage de l’entreprise en charge d’effectuer les travaux de raccordement au gaz. La chaussée s’est sensiblement détériorée. Les travaux de remise en l’état ne sont pas encore effectués, laissant les automobilistes livrés aux différentes pannes. La gadoue a envahi les lieux en cette période pluviale, contraignant les piétons à chausser des bottes pour circuler. Les trottoirs, quant ils existent, sont dans un piteux état. L’éclairage public n’existe que partiellement et les réseaux d’évacuation des eaux pluviales sont dans l’incapacité d’évacuer le grand flux, vu leur petites dimensions. Du coup, les flaques et les torrents d’eaux s’installent pour longtemps. Belaid, un jeune Maâtkis tonnera : « Cette situation est inacceptable. Les responsables concernés et nos élus doivent rompre avec cet immobilisme qui prend en otage toute une population. Maâtkas ne présente pas l’image d’un chef-lieu de daïra ni même de commune ». A Souk El Tenine, l’autre chef-lieu communal, la donne est pire. Non seulement les travaux d’aménagement urbain sont renvoyés aux calendes grecques, mais il y a aussi ces terribles bouchons aux heures de pointe et pendant les deux jours de marché (Lundi et Jeudi). L’anarchie qui y règne n’existe nulle part ailleurs. Un des usagers, sans doute étranger à la localité tonnera du haut de son camion : « On dirait qu’il n’y a aucune autorité dans cette municipalité ». C’est dire qu’il est urgent de trouver une solution à ce désordre qui a fini par ternir l’image de Souk El Tenine. Une rocade, une route d’évitement ou à défaut la délocalisation du marché bihebdomadaire et l’installation d’un barrage de police fixe, sont sans doute des mesures qui pourraient apporter quelques améliorations pour la cité. Quant à l’état de la chaussée et des trottoirs, il n’est pas reluisant. Les Souk El Teninois et les usagers méritent bien mieux. Mais qui osera s’attaquer à ce chantier qui redonnerait aux deux chefs lieux un visage à la hauteur des aspirations des habitants ? Bientôt, ce sera les élections, et on entendra encore monts et merveilles. Mais les promesses ont toujours été sans lendemain, jusqu’à présent du moins !

Hocine T.