Accueil Tizi Ouzou Une école et des habitations menacées à Taghlit

Souk El Tenine Absence d’ouvrages et de canaux d’évacuation des eaux pluviales

Une école et des habitations menacées à Taghlit

2633

Les habitants et les écoliers du village de Taghlit, à quelques kilomètres du chef-lieu communal de Souk El Tenine, dans la daïra de Maâtkas, au sud de la wilaya de Tizi-Ouzou, sont exaspérés par l’absence de canaux de drainage des eaux pluviales et l’obstruction de tous les ouvrages censés les évacuer. 

De nouvelles habitations émergent du sol comme des champignons, mais sans, au préalable, trouver des solutions pour les ouvrages. En effet, sur place, le constat est effrayant. Au village de Taghlit, les canaux d’évacuation ne sont pas encore réalisés et le pire c’est que tous les ouvrages qui existaient, autrefois, sont fermés. Du coup, l’école primaire sise sur le bas côté de la route communale reçoit les eaux de pluies devant l’entrée principale de l’établissement. Les habitations situées juste à proximité de cette école sont, à chaque fois, envahies par les flots. L’eau boueuse pénètre jusqu’à l’intérieur des locaux et des maisons. Durant notre visite, et bien qu’il faisait beau temps depuis de nombreuses journées, une grande flaque d’eau occupait toute la chaussée. Un citoyen rencontré sur place déplorera : « A chaque saison hivernale, les eaux pluviales de tous les villages, Taghlit, Tawint Tamelhant, Ichaouadhiyen et Tizi Mouqa, se déversent à la même chaussée et finissent leur course devant le portail de l’école primaire et les habitations environnantes. Nous avons, à maintes reprises, interpellé les autorités communales sortantes pour trouver une solution définitive à ce problème, mais en vain. De petits ouvrages sont pourtant réalisés, mais ils sont tellement sous dimensionnés qu’ils s’obstruent rapidement et le problème ressurgit de nouveau. Nous appelons le nouveau exécutif pour trouver une solution définitive à ce problème qui peut à tout moment causer d’énormes dégâts ». Un autre habitant ajoutera: « L’année passée, j’ai dû ramener, chez moi, un écolier qui venait de se faire arroser après le passage d’une voiture à vive allure. Il était tout mouillé et il tremblait de froid. Nous lançons un SOS en direction des responsables concernés afin de réaliser les canaux d’évacuation et rouvrir les ouvrages d’antan ». Signalons que pendant les jours de pluie, les élèves de l’établissement sont dans l’obligation de marcher sur des pierres et des parpaings pour éviter les mares d’eaux boueuses et la gadoue. Il est à noter que sur place, des eaux usées, émanant d’une habitation, sont visibles, cela pourrait causer de graves maladies pour les villageois et les écoliers qui jouent à proximité.                                

Hocine T.