Accueil Tizi Ouzou L’unique cimetière de la ville saturé

Aïn Bessam L’aménagement d’un nouveau lieu de sépulture pour la ville s’impose

L’unique cimetière de la ville saturé

1538

L’unique cimetière que compte la ville d’Aïn Bessam, sis au niveau du vieux quartier de Doubalaï, est saturé. Il n’y a pratiquement plus d’espace pour enterrer les morts. Les responsables de l’APC doivent trouver une solution et résoudre le problème.  Au niveau du cimetière existant, les familles en deuil, sont obligées d’enterrer les leurs dans des tombes qui accueillent déjà d’autres membres décédés auparavant. Ainsi, des tombes qui datent de plusieurs années, sont rouvertes pour accueillir les corps des personnes récemment décédées. Certaines familles, devant cette situation de saturation, ont même été obligées de recourir à une autorisation du procureur de la République pour pouvoir ouvrir une ancienne tombe et enterrer leur mort. Afin de remédier à cela, les services concernés ont préféré en guise d’extension du cimetière, de creuser de nouvelles tombes à travers des sentiers et des pistes, ce qui engendre une anarchie au sein dudit cimetière.    La population d’Aïn-Bessem est en croissance permanente, ce qui nécessite la construction de nouvelles infrastructures, notamment l’aménagement d’un nouveau cimetière.                                          

O. K.