Accueil Tizi Ouzou Un circuit d’auto-école dites-vous ?

Tizi-Gheniff : Il a été improvisé au village Adila sans la moindre commodité

Un circuit d’auto-école dites-vous ?

2318

À Tizi-Gheniff, comme partout tailleurs, nombreux sont les gérants d’auto-écoles qui dénoncent leurs conditions de travail.

Aussi, ce sont les neuf gérants que compte cette daïra qui jugent que le circuit improvisé au village agricole d’Adila se trouve non seulement dans un état lamentable, mais aussi trop exigu pour permettre à tous les candidats d’apprendre à conduire.

« C’est un endroit situé sur l’itinéraire des écoliers, ce qui représente un danger pour eux et pour les candidats. Car ces derniers trouvent d’énormes difficultés à conduire dans ces conditions là. Quant à l’état de ce circuit, il laisse à désirer », nous confiera un gérant d’une auto-école. Effectivement, combien de fois le candidat est-il sommé d’arrêter la manœuvre qu’il effectuait pour laisser les enfants passer ? Cela déconcentre au plus haut point le futur conducteur.

« Pour effectuer un créneau, il faut se concentrer et au moment où on arrive à réussir la manoeuvre, on butte un obstacle. Vraiment, on ne sait pas où va l’argent que nous payons. Est-ce que les services concernés n’ont pas les moyens de réaliser un circuit selon les normes exigées par cette activité ? », se demandera ce candidat. Par ailleurs, les candidats évoquent l’aménagement du dit circuit.

« Vous savez, nous n’avons aucun abri pour se protéger ni de la chaleur ni encore moins du froid. Et puis, il y a énormément de candidats. Parfois, on se retrouve à dix à attendre nos séances dans cet espace où il n’y a plus rien », ajoutera un autre intervenant. Pour permettre aux candidats d’apprendre la conduite dans de meilleures conditions, les gérants d’auto-écoles jugent qu’il est temps de prévoir des circuits selon les normes internationales.

« Un circuit doit être conforme. C’est comme une salle de cours dans une école, si le chauffage manque, l’enfant ne sera pas à l’aise. C’est la même chose pour le candidat qui apprend à conduire », estimera cet autre moniteur d’auto-école.

En conclusion, tous ces gérants interpellent les responsables de prévoir un autre endroit qui répondra à toutes les normes requises en la matière. « Ce n’est qu’à cette condition que les candidats sortiront de nos écoles avec des compétences à mettre en oeuvre dès qu’ils seront sur nos routes », conclura un dernier intervenant.

Amar Ouramdane