Accueil Tizi Ouzou L’école paramédicale lance un concours

Les inscriptions vont bon train

L’école paramédicale lance un concours

9142

C‘est la deuxième fois, cette année, que l’Institut de Formation Paramédicale (IFPM) lance une formation d’aide-soignants de la santé publique à l’ex école para médicale de Ain El Hammam après le recrutement opéré au mois de mai dernier. Plus de quatre cents places, réparties sur trois wilayas, sont offertes pour les candidats remplissant les conditions de participation au concours. Les stagiaires qui seront formés, respectivement, dans les wilayas de Béjaïa (140 stagiaires) et de Boumerdes (120) bénéficieront du suivi pédagogique qui sera assuré par le personnel de l’école paramédiale de Ain El Hammam, l’une des premières écoles à l’échelle nationale, à former des infirmiers. Quant à l’école paramédicale de Ain El Hammam, dépendant, de l’IFPM (Institut de formation paramédicale) de Tizi Ouzou, elle sera appelée à former 150 élèves dont certains sous le régime de l’internat dont les capacités sont, malheureusement, limitées à une soixantaine de places, réservées aux filles. Le problème de l’accueil en pensionnat risque de ce fait, de se poser pour un nombre important de postulants qui seraient contraints d’opter pour le régime d’externat ou de demi pension. Une difficulté qui risque de décourager certains postulants. Pour le moment, un bureau est ouvert pour accueillir les candidatures de jeunes gens possédant un niveau de troisième année secondaire «option scientifique», scolarisés durant les années scolaire 2012/ 2013 et 2013/2014. Plus d’une centaine de candidats appelés à s’inscrire avant le 18 novembre, ont déjà déposés leurs dossiers. Peu de temps après la proclamation des résultats du concours qui se déroulera le 06 décembre prochain, les stagiaires seront appelés à rejoindre leurs écoles respectives pour suivre une formation de deux années. La fin de leurs études sera, sans aucun doute, ressentie comme une bouffée d’oxygène par les EPH et les EPSP qui se plaignent d’un manque de personnel soignant. Notons que les conditions d’accès (3eme AS des deux dernières années scolaires) ont limité le nombre de candidatures qui se sont chiffrées à près de trois mille, l’an dernier.

A.O. T.