Accueil Tizi Ouzou Abattage de poulets à ciel ouvert

Aïn El Hammam : cela se passe au marché hebdomadaire

Abattage de poulets à ciel ouvert

2419

Plusieurs fois chassés par les services d’hygiène de l’APC, les vendeurs de poulets reviennent à chaque fois, au marché hebdomadaire de Aïn El Hammam sans, pour autant, changer leurs habitudes.

Ils sont autorisés, comme tous les marchands ambulants, à vendre leur produit mais vivant. Quant à l’abattage de poulet, il est strictement interdit, en dehors des abattoirs ou des lieux répondant aux normes réglementaires. D’ailleurs certaines boucheries ont fait l’objet de fermeture pour non respect des règles requises. On constate, malheureusement, que l’interdiction est loin d’être respectée par certains marchands qui profitent de la baisse de vigilance des services concernés pour abattre leurs poulets, à ciel ouvert. Malgré plusieurs rappels à l’ordre, les marchands de volaille ne ratent aucune occasion pour transgresser la loi. Pour attirer leur clientèle, ils proposent le poulet abattu et déplumé sur place. De nombreux citoyens de passage au marché sont outrés par les conditions dans lesquelles se déroule cette opération au milieu des eaux boueuses et des détritus de tout genre. Pour ne pas attirer l’attention, la plumeuse, reliée à un générateur d’électricité est souvent installée en retrait. En face, d’autres bouchers itinérants étalent, eux aussi, des carcasses de moutons ou de boucs, dont les prix affichés sont sensiblement inférieurs à ceux pratiqués en ville. Leurs clients qui semblent trouver leur compte, en faisant de petites  économies, oublient que le produit, par ailleurs fragile et pouvant générer des maladies, peut être à la base d’intoxications, parfois graves. Pour éviter tout accident fâcheux, les services concernés doivent sensibiliser les marchands quant au danger qui peut découler des mauvaises conditions d’abattage et de vente des viandes.

A.O.T