Accueil Tizi Ouzou Aït Atelli, un exemple à suivre

Larbâa Nath Irathen : Le village a initié plusieurs travaux d’aménagement

Aït Atelli, un exemple à suivre

7919

Dans le souci d'améliorer un tant soit peu le cadre de vie des habitants au sein du village d'Aït Atelli, (relevant de la localité de Larbâa Nath Irathen), sis à deux Km, côté Sud du chef-lieu, le comité dudit village a entamé de nombreux travaux d'aménagements.

Néanmoins, la concrétisation de ces projets tels que les murs de soutènement, les garde-fous, les gabions et les poubelles pour ne citer que cela, demandent un sacrifice énorme, sans parler des moyens et du temps! Mais encore, en plus des soucis cités, les habitants doivent puiser de leurs poches s’ils veulent que le rêve devienne réalité. Car le temps que mettent l’APC et les services concernés est jugé trop long. De plus, les 22 d’autres villages que compte la localité attendent eux aussi. Pour contrecarrer ces difficultés et ne pas trop compter sur l’APC, les habitants ainsi que le comité ont décidé de prendre en main la situation. « En effet, nous avons établi une liste des priorités au sein du village afin de les prendre en charge et de les réaliser, de préférence dans les plus brefs délais. Parmi, nos priorités, la réalisation des garde-fous est l’une des priorités, qui urgent. Car il y a un véritable danger pour les  habitants. Nous ne voulons pas attendre de voir un fâcheux accident, nous avons voulu réaliser cette barrière qui va assurer à coup sûr la sécurité pour les usagers de cette route, lieu où ce fameux projet voit le jour. », nous dira le président du comité du village en question. Et d’ajouter: « Ce projet, en plus de son utilité nous permettra d’employer même à mi temps, nos jeunes en mal de travail. Nous avons installé des poubelles tout le long de ces garde-fous. D’une pierre, deux coups, avec l’utilisation des ces poubelles, nous veillons nettement à la  propreté de notre environnement. » Et termine: « Bien entendu, nos citoyens doivent faire des dons et des sacrifices pour sa concrétisation. »  Effectivement pour répondre aux besoins et aux attentes des citoyens, le comité du village est obligé d’innover en mettant en place des plans qui doivent améliorer leur cadre de vie. Forcement, l’APC et les autres organismes ne peuvent financer tous les projets que demande leur population. De plus, chaque jour, des dizaines de doléances atterrissent chaque jour, au niveau des services de l’APC. En fait, cette tâche n’est pas une mince affaire. Certainement, chaque village- la commune de Larbâa Nath Irathen en compte 22- établit des listes de tous les projets qu’ils souhaitent voir se réaliser, lors des assemblées, tenues dans leurs villages respectifs. Et il ne faut pas espérer que l’APC, ou autres services concernés, puisse les financer et y répondre favorablement. Alors du coup, pour ne pas être totalement dépendants de ces APC, les comités font du mieux qu’ils peuvent afin de remédier à leurs problèmes. Les dons des bienfaiteurs sont bien sûr toujours les bienvenus. Mais cela ne veut pas dire forcément que ces villages n’ont pas besoin de leur APC et de leurs élus. Cependant, ces villages ont réalisé des exploits qui sont à féliciter et à applaudir dans bien des situations. De nombreux projets ont pu voir le jour, grâce à la bienveillance de ces hommes qui travaillent bénévolement pour le bien-être de leurs concitoyens. Mais aussi, il faut le dire sans rougir ou gêne, leur rôle et plus qu’indispensable. Une bonne organisation et une bonne gestion peuvent réaliser des prouesses. Et les exemples ne manquent pas.

Youcef Ziad