Accueil Tizi Ouzou Dépistage du cancer

Aïn El Hammam une journée est prévue samedi prochain à cet effet

Dépistage du cancer

2448

Une journée de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus sera organisée, samedi prochain, dans la région d’Aïn El Hammam, à cinquante kilomètres au Sud-est de Tizi-Ouzou. C’est une association qui se déplacera de France et qui se chargera du dépistage grâce à la collaboration de l’APC d’Aïn El Hammam, partie prenante de l’événement. Le choix de la journée (samedi) n’est pas fortuit. L’événement (c’en est un) ne perturbera pas les stagiaires de l’IEF où se déroulera l’opération, qui seront, ce jour là en weekend, chez elles, comme il permettra aux femmes travailleuses de ne pas rater leur travail en se rendant à la consultation. Les initiateurs de cette louable initiative, faut-il le préciser, risquent d’être dépassés par le nombre de femmes qui ne manqueront pas de se présenter à eux. C’est la première fois qu’une telle opération se déroule dans la région contrairement aux grandes villes où elle est plutôt fréquente, concernant le dépistage de ces maladies qui touchent une partie importante des femmes dans la région. Souvent, ce n’est qu’une fois le mal bien ancré en elles qu’elles consentent à consulter. Pour cela, elles sont contraintes à un déplacement fastidieux et cher chez le gynécologue local et, parfois, jusqu’à Tizi-Ouzou où elles constatent l’amère réalité. Les malades détectées sont alors soumises à de longues séances de soins. Sur place, aucune structure spécialisée ni association ne se rapprochent des femmes illettrées ou indigentes, habitant les villages reculés pour les sensibiliser au dépistage du cancer de l’utérus ou du sein. Le cancer du sein, selon des spécialistes, «est le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme. Détecté à temps, il peut être guéri dans neuf cas sur dix». Les femmes, âgées entre cinquante et soixante quatorze ans, feraient partie de la population à risque. On considère, par ailleurs, que le cancer du col de l’utérus, loin d’être bénin, doit également faire l’objet d’un dépistage régulier, avec un examen tous les trois ans pour toutes les femmes de vingt cinq à soixante cinq ans. Notons que c’est l’IEFPM/AEH Tizi-Ouzou (ex école paramédicale) qui ouvrira ses portes pour cette manifestation qui ne manquera pas de drainer beaucoup de femmes.

A.O.T