Accueil Tizi Ouzou Tous direction… la mer !

Aïn El Hammam

Tous direction… la mer !

2725

Il devient de plus en plus difficile de trouver un fourgon de transport libre, en fin de semaine, à Aïn El Hammam.

Tous affichent complet. Les locations pour les fêtes de mariage réquisitionnent une bonne partie de ce genre de véhicules alors que la destination «plage» mobilise le reste. Depuis le début des chaleurs estivales, les jeunes villageois s’organisent en bandes de copains pour aller passer une journée sur la cote et piquer une tête. Les destinations privilégiées pour se baigner, selon les chauffeurs qui les déplacent, s’étalent de Tigzirt à Tichy et Aokas, en passant par «petit paradis» et «Tassalast». Qu’importe le lieu de villégiature, l’essentiel est de fuir la canicule qui règne au village, pour aller se rafraîchir et se défouler. Les départs, vers cinq ou six heures du matin, se font dans la discrétion «pour éviter de réveiller les habitants des villages qu’on traverse. Nous gardons notre ourar pour le retour». Le soir, en effet, il n’est pas rare de les voir faire la fête dans le véhicule qui les ramène. À travers les vitres, nous distinguons ces visages brulés par le soleil, harassés mais heureux de leur journée. Le lendemain, ce sera le tour d’un autre groupe qui ciblera une autre plage pour quelques moments d’évasion. Ceux qui ne sortent pas de la commune trouvent un palliatif à l’éloignement de la mer. «La rivière vient juste de commencer», nous informe un jeune qui, faute de plage, se rend à la rivière de l’Oued El Djemaa où un bassin a été aménagé pour faire trempette. Bien que de dimensions réduites, cette piscine naturelle, remplie d’eau de source limpide, permet au moins de faire quelques brasses et d’oublier la température ambiante. «Nous nous contentons de ce que nous avons. Nous ne pouvons aller tous les jours à la plage. C’est fatigant et cher», nous confie Hamid, un jeune lycéen qui regrette que «les associations culturelles et sociales ne font rien pour animer le village durant les vacances, au moment où tous ses enfants s’ennuient à Tajmaath ou dans les cafés. Elles se contentent (les associations) de se distinguer lors des commémorations des fêtes nationales, sans plus». Notons que l’an dernier, le CRA d’Ait Yahia avait organisé de nombreuses sorties alors que les associations culturelles de Tirourda ont réussi à déplacer sur la plage des centaines de personnes, particulièrement des vieilles femmes du village.

A.O.T.