Accueil Tizi Ouzou Encore un cambriolage !

M'Kira

Encore un cambriolage !

2696

Nous ne cesserons de le répéter, l’insécurité règne en maître aussi bien au chef-lieu communal Thighilt Bouguenni que dans les villages. En effet, les vols y se multiplient à telle enseigne que les habitants vivent la peur au ventre d’autant plus que nous sommes en pleine saison estivale, car ils sont contraints de laisser leurs domiciles pour partir en vacances ou assister à des fêtes familiales. Cette fois-ci, c’est le logement du proviseur du lycée inauguré en janvier dernier qui vient d’être cambriolé par des inconnus. Selon nos informations, cela s’est passé deux jours avant la proclamation des résultats du Bac, quand ce responsable était rentré dans son village pour passer les fêtes de l’Aïd El Fitr. À son retour, il découvrit que beaucoup d’effets y manquaient. Il s’agit d’un réfrigérateur, d’une bonbonne de gaz, d’une cuisinière et d’autres ustensiles. Il déposa plainte auprès des services de sécurité. Une fois l’enquête et les recherches lancées, les objets volés ont été retrouvés dans le maquis sis à proximité de cet établissement, sans doute parce que les auteurs de ce vol n’attendaient que le moment opportun pour les charger. Quelques jours auparavant, faudra-t-il le rappeler, c’était l’école primaire Hellal Hennou de Tighilt Oukerrouche qui avait subi le même sort. C’est dire que toutes les démarches faites par les citoyens et les commerçants de cette commune rurale en dénonçant l’absence de sécurité dans la région, allant même à observer un sit-in devant le siège de la daïra afin d’exiger des pouvoirs publics de doter cette municipalité de structures de sécurité ont été vaines. Car, disons-le, il n’y a ni une brigade de gendarmerie ni encore moins une sûreté semi-urbaine dans ce chef-lieu. Certes, il y existe depuis longtemps une unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale abritée par les locaux de l’ex-siège APC, mais ces gendarmes ne peuvent intervenir dans des cas similaires car n’ayant pas la qualité de police judiciaire. À quand alors un corps de sécurité en vue de sécuriser cette commune livrée aux délinquants de tout bord ?

Amar Ouramdane