Accueil Tizi Ouzou Aïn El Hammam se prépare !

Semi-marathon féminin le 4 mars prochain

Aïn El Hammam se prépare !

7612

Pour la célébration de la Journée internationale de la femme, l’association féminine ADPSF et l’auberge de jeunes d’Aïn El Hammam se préparent à organiser un semi-marathon féminin.

L’événement aura lieu le 4 mars prochain. Les athlètes appelés à concourir auront, suivant le programme établi, à parcourir les dix kilomètres qui séparent Iferhounène, d’où le départ sera donné et Aïn El Hammam, un autre chef-lieu de daïra, à 45 km au Sud-est de Tizi-Ouzou. Les athlètes prendront le départ, comme annoncé dans le programme, à 8h30 au niveau du rond-point d’Iferhounène, avant de traverser la commune d’Ath Bouyoucef et arriver au siège de l’APC de l’ex-Michelet. Quant aux petites catégories, elles auront à parcourir des distances réduites, en fonction de leurs âges respectifs. Ainsi, les «écoles» démarreront de la pompe Oussadi et les benjamines du carrefour de Sidi Ali Ouyahia. Les minimes et les cadettes prendront le départ, respectivement à partir de Tiferdoud et d’Amenchar, deux villages de la commune d’Ath Bouyoucef. C’est la seconde fois, en quelques mois, que la région organise une compétition devant attirer de nombreux participants. Cependant, contrairement au semi-marathon du 1er novembre dernier, ouvert à tous les athlètes des deux sexes issus de tout le territoire national, cette fois, seules les coureuses de la wilaya de Tizi-Ouzou sont concernées. Cet événement d’envergure nationale, drainant des coureurs de haut niveau tel Agoune Khoutir, requiert de nombreux moyens financiers et infrastructurels, particulièrement en cette période où des chutes de neige ne sont pas écartées. La localité ne peut garantir l’hébergement et la restauration à de nombreux athlètes dépassant ses structures d’accueil, au demeurant, très faibles. Notons, dans ce sens, que près de 800 athlètes venus des différentes wilayas d’Algérie ont participé au dernier semi-marathon mixte qui s’est déroulé il y a quelques mois entre Larbaâ Nath Irathen et Aïn El Hammam. Les organisateurs qui ne s’attendaient pas à une telle affluence s’étaient retrouvés, à certains moments, dépassés par «les événements». Ce qui n’empêchera pas la région, si froide ces jours-ci, de renouer avec l’ambiance chaleureuse créée par ses visiteurs. Quelles que soient les difficultés rencontrées, la région d’Aïn El Hammam, sans industrie mais possédant de grands atouts touristiques, devrait se préparer à perpétuer de telles manifestations et parallèlement encourager la construction d’infrastructures d’accueil, privées ou étatiques, pour le bien de ses enfants. Les sportifs ravis par de telles initiatives, espèrent qu’elles stimuleraient les jeunes de la région qui ne manqueraient pas de s’adonner à l’athlétisme, faute de football qui exige de nombreux moyens financiers et infrastructurels.

A.O.T