Accueil Tizi Ouzou «ça s’améliore en attendant mieux…»

Boghni Cité 166 logements LSP

«ça s’améliore en attendant mieux…»

2046

Dans cette cité, sise au lieu-dit Tirmitine n'Boghni, le quotidien des résidents s'améliore. En effet, c'est avec une grande joie qu'ils ont accueilli l'aménagement de la cour.

« Nous avons vraiment souffert durant près de deux ans.En hiver, c’était la boue et en été c’était la poussière, mais depuis que cette cour a été goudronnée, on peut dire qu’on est tranquilles », nous dit un membre du collectif des résidents de cette cité. Néanmoins, et si la situation est en nette amélioration depuis la remise des clés aux bénéficiaires en juin 2014, il y a lieu de souligner qu’un manque, et pas des moindres, nous a été signalé par les résidents. Il s’agit de la mise en service du gaz naturel qui tarde à venir : « Nous demandons à tous les responsables concernés d’accélérer la procédure parce que l’hiver, particulièrement rude dans la région, est à nos portes », précise un autre intervenant du collectif. « Tous les détenteurs et les robinets sont installés. Presque toutes les réserves sont levées, il n’en reste que quelques-unes dans un immeuble. La mise en service de cette énergie est possible maintenant », nous explique un autre membre du même collectif. Par ailleurs, il faudra aussi signaler que dans le même site 28 logements ont été attribués dernièrement. C’est dire que ce quartier devient de plus en plus important dans cette ville. Un autre citoyen intervient pour évoquer un autre problème relatif à la couverture de cette zone en matière d’Internet : « Cet outil est très attendu notamment par nos enfants qui en ont le plus grand besoin pour leurs études. Nous espérons que le poste Msan, déjà réalisé dans cette zone, ne tardera pas à être mis en service ». Notons aussi que tous les résidents, aussi bien ceux de ladite cité que ceux des cités voisines, souhaitent que les responsables locaux fassent des efforts pour la mise en service du marché de proximité. Un marché dont les travaux sont à l’arrêt depuis belle lurette.

Amar Ouramdane