Accueil Tizi Ouzou Draâ El Mizan / Des jeunes filles agressées

Draâ El Mizan / Des jeunes filles agressées

2803

“J’allais à l’hôpital pour rendre visite à une cousine hospitalisée. Arrivée au grand virage avant de monter les escaliers, des jeunes m’ont braquée. Ils m’ont obligé à leur remettre mon portable et une chaîne en or», nous a confié une jeune fille encore sous le choc. Effectivement, notre interlocutrice a raison de le dire car d’autres cas comme celui-ci, nous ont été signalés de ce côté là. De jeunes malfaiteurs choisissent ces coins pour attendre leur proie. Les vols se sont multipliés ces derniers temps sur cette route qui est à la sortie de la ville en allant vers l’hôpital Krim Belkacem.
Parfois, les victimes sont poursuivies alors qu’elles prennent cette direction à partir du centre-ville.“Au moment où je suis agressée, il n’y avait personne dans les parages», a ajouté la victime. Il faut dire que les policiers font des rondes quotidiennes et inopinées de ce côté mais ces malfrats se sauvent dès qu’ils les voient. Nombreuses sont les fois où nous avons vu les services de police dresser un barrage de contrôle à ce niveau. Car, ils savent que cet endroit est dangereux pour les piétons. Certes, ces malfaiteurs échappent à ces rondes, mais les hommes en bleu sont sur le qui-vive et ont à l’oeil tout ce qui bouge de ce côté. “Nous encourageons les policiers car ils répondent toujours à nos plaintes», nous a déclaré une autre victime. D’ailleurs, selon les déclarations des plaignantes, les policiers ont arrêté de nombreuses personnes dans leur lutte contre ce fléau. A Draâ El Mizan, faudra-t-il le signaler, les agents de police sont derrière tous les délinquants.
De nombreux réseaux sont démantelés. Il est attendu que cette ville qui prend de l’ampleur en s’étendant sur un vaste territoire avec la création de la Nouvelle-Ville de voir renforcée par d’autres structures sécuritaires comme par exemple des polices de proximité.
“Il faudrait au moins deux ou trois autres postes de police», nous a confié une source locale.

Amar Ouramdane