Accueil Tizi Ouzou Le village Aït Abdelmoumène honore l’artiste Rezki Rabah

Le village Aït Abdelmoumène honore l’artiste Rezki Rabah

8063

Dans le cadre de la célébration du nouvel an berbère, le village n’Ath Abdelmoumènedans la commune de Tizi N’Tlata, a organisé une cérémonie grandiose en l’honneur de l’artiste Algérien Rezki Rabah, surnommé Abou Djamel. Initiée par l’association culturelle «Thalwith», la cérémonie s’est déroulée au niveau de l’école primaire du village

Un riche programme a été concocté pour la circonstance, des pièces de théâtre, de la poésie interprétée par des amateurs de la dite association et des prises de parole. Une cérémonie à laquelle ont pris part les autorités locales, les comites de village, de nombreux invités de marques, et une foule nombreuse de jeunes, curieux de connaître l’artiste.
Prenant la parole, le président de l’association indiquera que «C’est un honneur pour nous d’organiser une telle cérémonie en l’honneur de Dda Rabah Rezki, qui mérite plus que ça, je remercie toute notre population qui a répondu à l’appel». Dans sa brève intervention, Dda Rabah Rezki a tenu à remercier tous les habitants du village d’Aït Abdelmoumène pour la louable initiative. «Je suis très heureux et ému, vous m’avez honoré en cette date festive et je me sens, en réalité renaître une deuxième fois, Assegas Amegaz à tous les Algériens Amazigh». Notons que l’artiste Rezki Rabah, est connu beaucoup plus sous le surnom Abou Djamel, est né le 24 mars 1938 à la Casbah(Alger) de parent originaires de N’Ath Abdelmoumène. Il a entamé son parcours à l’age de 10 ans, Dda Rabah a rejoint la troupe de Khelthoum, à coté de Rouiched, Fadhila Dziria, Latifa et Nouara. En 1950, il obtient des rôles avec Mohamed Touri et joua dans les sketchs de Rouiched. En 1952, il rejoint la troupe de Sid Ali Fernandel. A partir de1953, il a intégré la troupe communale qui, à l époque, était dirigée par Bachtarzi, ensuite, celle de la radio et de la Télévision dés 1956, avant de rejoindre les rangs du Front de Libération National et il a été victime d’arrestation et de torture par l’armée coloniale. Apres l’indépendance, Abou Djamel rejoint la troupe de Omar Ouhada, Mustapha El Anka…avant de regagner, en 1964, la troupe du Théâtrale National où il a joué de nombreuses pièces, notamment celles de Rouiched, « Hassen Terro », El Mechehah, El Ghoula et les concierges…en outre, Abou Djamel a aussi tourné des films étrangers, dont un avec l’acteur Français Jean Gabin (pépé le moko), et avec le réalisateur Vittoro Gassmon (Broncoleane en croisades).

Mouloud Zerbout.