Accueil Tizi Ouzou Le programme de viabilisation du centre urbain pas encore lancé

Boghni Annoncé par les responsables locaux en 2005

Le programme de viabilisation du centre urbain pas encore lancé

2089

Depuis l’année 2005, les autorités locales de la commune de Boghni attendent toujours leur part du programme de viabilisation et d’amélioration urbaine pour lequel des millions de dinars sont consacrés, du moins dans les grands centres urbains de la wilaya.

Ainsi, en dépit de la finalisation des études confiées à deux bureaux spécialisés pour couvrir l’ensemble du périmètre urbain, entre autres, celle concernant la partie est, traversée par un oued, ainsi que la partie ouest dont l’étendue est plus importante, rien n’a été fait depuis. Ce travail a été approuvé affirme une source proche de l’APC, «à la fin de l’année 2009 par le comité local de la wilaya, mais sans connaître à ce jour une quelconque avancée. «De plus, pour mieux confirmer l’abandon des projets accordés, la même source avance que des appels d’offres lancés dans la presse et des avis d’attribution provisoire ont même paru durant l’année 2009. Les lots ont été identifiés comme l’éclairage public au centre-ville, des travaux de voierie, d’aménagement de trottoirs, de revêtement et d’assainissement, toujours sans suite puisque depuis, aucune entreprise n’a pu avoir son ordre de service, d’où cette inquiétude exprimée par les services communaux quant au bien fondé des milliards de centimes annoncés pour la collectivité mais sans qu’aucune opération ne soit concrétisée dans ce cadre. Le seul projet d’envergure achevé à temps concerne la réalisation d’un ovoïde ou de grandes canalisations constituant un moyen d’éviter les inondations à une grande partie de la ville. Mis à part ces travaux qui ont coûté près de 20 milliards de centimes, les autres opérations, sur lesquels les habitants de la ville de Boghni ont été informés depuis l’annonce du programme de l’amélioration urbaine, risquent d’être encore une fois remises aux calendes grecques. De ce fait, si rien n’est fait, il sera difficile pour l’APC de rattraper tout ce retard, d’autant plus que les doléances des citadins ont été orientées dans leur majorité vers l’aménagement urbain attendu. Même les plans communaux de développement ne peuvent pas être utilisés pour intervenir en ville en raison de l’inscription de toutes les opérations de viabilisation et de réfection sur les espaces urbains, dans le programme que les élus locaux ne cessent de déplorer le retard dans son lancement.

M. Haddadi