Accueil Tizi Ouzou caravane médicale à Ighil El-Mal

Béni Zmenzer

caravane médicale à Ighil El-Mal

88

L’Association culturelle Assirem du village Ighil El Mal, dans la commune de Béni Zmenzer, relevant de la daïra de Béni Douala, a organisé, en collaboration avec l’Association algérienne du patrimoine, de l’environnement et du développement humain (AAPEDH), au niveau de l’école primaire du village, une journée de sensibilisation et de consultations bénévoles au profit des habitants de cette localité. Les médecins, dont une dizaine de spécialistes en cardiologie, pneumologie, gynécologie, médecine interne, odonthologie, ORL, orthophonie et autres, ont répondu favorablement à l’appel des organisateurs pour la troisième année consécutive.

Tôt dans la matinée, des dizaines de citoyens et citoyennes ont investi les salles de l’école réservées pour les consultations. «Je remercie tous ceux qui ont contribué à l’organisation de cette journée, surtout les médecins spécialistes et les membres du Croissant rouge. Cette journée me marquera à vie», s’est exprimée une citoyenne du village. Ainsi donc, ils étaient des centaines de citoyens, hommes, femmes et enfants, à avoir bénéficié de consultations gratuites.

Parallèlement, un camion des services de transfusion sanguine recevait les donneurs de sang dans la cour de l’école et une ambulance a été mobilisée pour les cas urgents. Il y a lieu de souligner la contribution des deux associations «Educ Santé» et «Pharm Avenir» dans le bon déroulement de cette opération de santé publique. Selon un membre de l’association Assirem, cette caravane a pour principal objectif d’apporter aide et assistance aux personnes démunies et à ceux qui n’ont pas les moyens de se déplacer à cause des problèmes de santé surtout que le prix d’une simple consultation chez un spécialiste privé est devenu un vrai souci pour pas mal de pères de famille, vu la cherté des consultations qui peuvent aller jusqu’à 2 500 dinars. Cette initiative s’inscrit, donc, dans le cadre des efforts visant le rapprochement des populations des services de soins. Une louable initiative que l’AAPEDH réédite durant ces dernières années au profit des citoyens vivant dans des régions enclavées.

Lyes Mechouek