Accueil Tizi Ouzou Ces eaux usées qui coulent de Souk Lekhmis…

Maâtkas

Ces eaux usées qui coulent de Souk Lekhmis…

93

Sise en contrebas du chef-lieu de la commune et de la daïra de Maâtkas et longue de quelque 2 km, la piste dite Izdagh représente un endroit idéal pour la pratique d’activités sportives et de loisirs. Elle est également prisée par les amoureux des randonnées pédestres, cependant elle se trouve malheureusement infestée par des écoulements d’eaux usées en certains endroits.

Cette situation contraste malheureusement avec ce qui pouvait être sa vocation et ce qu’elle représente comme capacités naturelles pour servir de lieu idéal pour le repos, le sport et la villégiature. «Si cette piste est vraiment préservée des jets d’ordures, il n’en demeure pas moins que ces rejets sporadiques d’assainissement diminuent du charme de cet espace très prisé», nous dit en effet un citoyen rencontré sur les lieux.

Ce dernier pointe du doigt les pouvoirs publics responsables de cette anomalie. «Puisque le civisme des citoyens dans ce cas de figure est vérifié et hautement salué, du fait qu’aucun déchet ménager n’est à comptabiliser», ajoutera le citoyen en question. Si des solutions de fortune, comme la réalisation de quelques «petits ponts» en béton pour enjamber les lieux en question, il n’en demeure pas moins que les odeurs nauséabondes qui s’en dégagent et le spectacle que cela offre sont une parfaite agression aussi bien sur la nature que sur tous les gens et randonneurs qui aiment s’y rendre.

Pire, ces écoulements d’eaux usées, qui proviennent du chef-lieu, Souk lekhemis, et des divers villages qui surplombent cette piste, polluent et touchent plusieurs oliveraies qui se trouvent en amont et en aval. «Cela fait longtemps que j’ai alerté les autorités, notamment les élus locaux sur cette situation, mais, malheureusement, toutes mes démarches sont restées vaines, et comme vous le voyez, même la cueillette de olives est rendue insupportable pour ma famille et moi du fait de toutes ses odeurs qui s’en dégagent», soutient un riverain, propriétaire d’un champ d’oliviers.

Rabah A