Accueil Tizi Ouzou Cinq villages interpellent le wali

Tizi N’Tléta

Cinq villages interpellent le wali

264

A travers trois déclarations rendues publiques et transmises au wali, au directeur de la SDC de Tizi-Ouzou et au responsable de l’agence de la SDC de Draâ El Mizan, cinq comités de l’aârch d’Aït Abdelmoumène, commune de Tizi n’Tléta, au sud de Tizi-Ouzou, ont soulevé plusieurs problèmes et fait plusieurs réclamations.

Dans la première déclaration, destinée au wali, les Comités de village le sollicitent pour prendre en charge leurs revendications ayant trait à «l’installation et la réfection du réseau de l’éclairage public à travers l’ensemble du douar, la réhabilitation du dispensaire, l’installation de la fibre optique et l’extension du réseau électrique, au bénéfice de plusieurs quartiers.»

Deux autres déclarations ont été adressées au directeur de la SDC de Tizi-Ouzou et au responsable de l’agence SDC de Draâ El Mizan, où il est réclamé «le remplacement des fils électriques classiques par le torsadé et l’annulation de la taxe d’habitation incluse dans les factures de la SDC». Un président de Comité de village abordé nous dira : «Notre village est en déclin. Les autorités communales nous ont abandonnés. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous adresser au wali et au directeur de la SDC.»

Et de poursuivre : «Notre bureau de poste opérationnel depuis l’ère coloniale a été fermé pendant des années et lorsqu’on a voulu le rouvrir, on nous a juste ouvert un petit bureau, au niveau de l’antenne de la mairie qui ne fait que distribuer le courrier. Nous voulons une véritable agence postale. Quant à notre dispensaire, il est dans un piteux état. Il est sans moyens et ne prodigue que les soins les plus élémentaires. Aussi, nous comptons plusieurs foyers non raccordés au réseau électrique, sans parler de l’assainissement, du réseau routier et du secteur de la Jeunesse et des Sports qui est désertique. Notre village a payé le prix fort durant la Révolution de novembre mais, en contrepartie, nous n’avons pas bénéficié de grand-chose. Nous interpellons de ce fait le wali et le directeur de la SDC afin de résoudre les problèmes qui persistent dans notre village où vivent plus de 14 000 âmes.»
Hocine T.