Accueil Tizi Ouzou Conférence sur l’environnement

TIGZIRT - Ordures ménagères, eaux usées dans la mer…

Conférence sur l’environnement

103

La manifestation, organisée au niveau de la salle de cinéma Mizrana, située au centre-ville, s’est tenue sous l’égide de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou.

Au menu de la journée, des conférences traitant de la problématique de l’environnement et des différents procédés d’évacuation des ordures ménagères. Celles-ci ont été animées par des spécialistes du Haut commissariat national à l’environnement et des techniciens des services de l’environnement de la ville.

Une rencontre instructive à bien des égards dans cette ville balnéaire en proie à la pollution, sachant que le tourisme va de pair avec l’écologie et la propreté de l’environnement.

Il y a lieu de souligner que les autorités locales s’étaient longtemps battues contre ce phénomène qui paraissait il y a quelques années insurmontable. Il s’agit du déversement des rejets polluants dans la mer, plus précisément au niveau du port. Il n’y a pas si longtemps, cet espace, mitoyen de la Grande plage, était infréquentable à cause de la pollution et des odeurs insoutenables qui s’en dégageaient. Mais ces dernières années, le lieu a comme repris des couleurs à la faveur de la mise en service d’une station d’épuration qui filtre, assainit et rend consommable l’eau.

En plus de réduire la pollution, la station en question, qui sera renforcée par une autre, a donc allégé les souffrances des habitants de la ville de Tigzirt car elle a largement contribué à régler le problème de la pénurie d’eau potable.

Avant le lancement du projet de cette station, la ville, pourtant à vocation touristique, souffrait du manque d’eau, surtout durant la saison estivale. Ce qui a longtemps dissuadé une grande proportion de touristes à opter pour la destination Tigzirt, lui préférant d’autres lieux de villégiature. Ce qui est, somme toute, compréhensible puisque les visiteurs peinaient à trouver une bouteille d’eau minérale à cause de la pénurie qui s’installait dès les premiers jours de l’ouverture de la saison estivale. Ceux qui avaient la chance d’en trouver une, devaient la payer trois fois plus. Ce stress hydrique s’était, d’autre part, notablement répercuté sur l’hygiène de la ville, en butte à la prolifération des rejets ménagers et aux odeurs fétides. Un état de fait qui a sanctionné sévèrement l’activité touristique dans cette antique ville Iomnium.

Enfin, il est à signaler que l’intérêt grandissant pour l’environnement dans cette région aura inéluctablement des effets positifs sur le développement, le tourisme étant intimement lié à l’environnement. Les visiteurs sont naturellement très regardants côté hygiène. S’assurer de la propreté des espaces qui leur sont réservés est la première chose qu’ils se chargent de faire avant de profiter de leurs moments de détente au bord de la mer.
Akli N.