Accueil Tizi Ouzou Des villageois ferment la décharge communale

BéNI AISSI - Ils protestent contres ses nuisances

Des villageois ferment la décharge communale

156

Les citoyens du village Thighzert, dans la commune de Béni Aissi, ont procédé durant la matinée d’avant-hier à la fermeture définitive de la décharge communale.

Cette fermeture est due selon les citoyens rencontrés sur place à sa nuisance et aux graves dangers qu’elle représente aux villageois de cette bourgade. « Jusqu’à quand allons-nous résister face à ce désastre écologique qui guette notre quotidien ? » clame un citoyen. Les habitants affirment avoir saisi les services concernés afin de mettre fin à ce calvaire qui perdure mais aucune suite n’a été enregistrée à ce jour, chose qui les a poussés à travers cette action menée à exprimer leurs mécontentements à l’égard des autorités locales.

D’autre part, cette fermeture a engendré une grande défaillance en matière de ramassage d’ordures au niveau communal et entrainé une surcharge des poubelles. C’est pour cela que l’édile communal, M. Bérchiche el Hayouni, a placardé un avis très important au niveau des villages pour demander aux habitants de s’abstenir de déposer des déchets au niveau des bacs et des lieux publics puisque la collecte de ces derniers est interrompue pour quelques jours à partir du premier de ce mois et cela en raison de la saturation de la décharge et de l’opposition de certains riverains qui subissent des désagréments, précise le document.

Contacté par nos soins, le premier responsable de la commune nous affirme : «Nous faisons de notre mieux pour que cette décharge soit contrôlée régulièrement par nos services et nous entrevoyons même de faire venir des experts afin de pouvoir instaurer les tris sélectifs pour cette décharge, pour pouvoir gérer les déchets ménagers », explique M. Berchiche qui compte sur la compréhension et la collaboration des concitoyens.

Néanmoins, les habitants de Thighzert ont donné une toute autre lecture au communiqué du maire. Ils lui suggèrent de prendre d’autres solutions et d’envisager des perspectives au lieu de demander aux citoyens d’interrompre le dépôt des déchets que « nous ne pouvons tout de même pas garder chez nous ».

Il faut aussi souligner que les décharges sauvages prennent de l’ampleur au niveau de la daïra de Béni Douala, ce qui nécessite une forte mobilisation des autorités locales en collaboration avec les citoyens afin de trouver des solutions adéquates pour mettre fin à ce phénomène qui peut engendrer des conséquences dramatiques pas sachant que des maladies contagieuses peuvent toucher les populations de Béni Douala.

Des efforts sont consentis ces derniers temps par le tissu associatif activant dans le domaine écologique, cependant, cela s’avère insignifiant, car il faut mettre de grands moyens physiques et humains afin d’arrêter ce désastre qui pollue l’environnement.

L Mechouek