Accueil Tizi Ouzou Des villages sans eau depuis près d’un mois

Aït Yahia Moussa

Des villages sans eau depuis près d’un mois

80

Les habitants de nombreux villages de la commune d’Aït Yahia Moussa font face au récurrent problème d’alimentation en eau potable.

Même si des milliards de centimes étaient dépensés depuis la mise en service des forages d’Oued Bougdoura au milieu des années 2000, la distribution de ce liquide vers les villages du versant Ouest du chef-lieu communal, tels Ath Atella, Ath Rahmoune, Tachtiouine, Afir, Tifaou, Imaksnène et bien d’autres n’est qu’aléatoire.

Les pannes récurrentes et les incessantes fuites signalées, notamment sur la conduite principale, sont les causes de ce manque. Dernièrement, à la mi-janvier, le ruissellement intense de la rivière a endommagé une partie de la conduite au niveau des forages si bien que l’eau n’est pas servie vers ces villages durant près d’un mois. «À chaque fois, c’est le même problème, soit ce sont des fuites soit encore c’est la conduite principale qui est touchée.

On nous a promis que la situation allait être réglée, mais en vain. Imaginez qu’en plein hiver, nous n’avons pas d’eau. Que fait alors l’ADE ?», s’interrogera un membre du comité de village d’Ath Attella. Notre interlocuteur est étonné de cette panne qui a pris tant de temps. «Même si celle-ci est réparée, il faudrait encore attendre près d’un mois pour rétablir l’alimentation quand on sait que celle-ci se fait au tour de rôle.

Nous craignons encore d’autres fortes pluies qui vont emporter encore une autre partie du tronçon parce que ce n’est pas encore la fin de la saison hivernale», estimera le même interlocuteur. Approché à ce sujet, le maire dira : «C’est un problème auquel nous faisons face depuis des années. Maintenant, il est temps que l’APC se décharge de la prise en charge de l’eau.

C’est à l’ADE de placer les compteurs et gérer le réseau». Pour les habitants de ce versant, les travaux engagés pour le renouvellement de la conduite principale s’éternisent. «Les comités de villages se concertent pour mener une action d’envergure. Je vous dirais que la population est en ébullition.

Il faut une solution définitive à cela sinon le risque de voir les citoyens sortir dans la rue n’est pas à écarter», confiera un membre d’un autre comité de village. À rappeler que durant toutes les actions menées par les comités de villages figure en premier ce problème d’eau potable. Depuis des années, des solutions sont préconisées avec l’engagement de milliards de centimes sans pour autant régler ce problème.

Peut être la solution définitive viendra quand le barrage de Souk N’Tletta sera réceptionné parce que le transfert de son eau vers cette commune est retenu dans le programme des services de l’hydraulique.

Amar Ouramdane