Accueil Tizi Ouzou Forte demande sur la viande congelée

Aïn El Hammam

Forte demande sur la viande congelée

125

Les habitudes alimentaires ayant changé durant le mois de Ramadhan, les jeûneurs tentent tant bien que mal de s’adapter à la nouvelle donne. Même si certains produits dépassent le niveau de leurs bourses, ils essaient de s’offrir de petites quantités à moindre coût. La viande tant demandée en cette période n’a pas attendu le mois sacré pour s’éloigner de plus en plus de l’assiette même des salaires dits «moyens».

Pour améliorer leur quotidien, durant le mois de carême, de nombreux citoyens se rabattent sur la viande congelée, de loin moins chère que la viande fraîche. Du coup, les vendeurs du congelé se frottent les mains face à une clientèle de plus en plus nombreuse. Plusieurs produits lui sont proposés à commencer par la viande spéciale chorba, coupée en petits morceaux, au prix de 800 DA le kilo, ce qui est loin des prix pratiqués par les bouchers.

Même si certains trouvent à redire quant à la qualité de cette viande peu chère, les ménagères ne se plaignent pas du moment qu’elles arrivent à préparer leur chorba à moindre frais. En dehors du produit congelé, les consommateurs trouvent le poulet encore moins cher. «C’est la disponibilité qui a cassé les prix. Beaucoup d’éleveurs ont mis en vente leurs poulets durant le mois de Ramadhan, si bien que le marché s’en trouve submergé», nous explique un vendeur de poulet qui, dit-il, «le brade à 220 dinars le kilo».

Déplumé et évidé, il s’est vendu à 280 DA dans les boutiques spécialisées. Du côté des boucheries vendant de la viande fraîche, même s’ils n’ont pas été augmentés, depuis longtemps, les prix affichés restent très élevés. De la viande bovine dite «avec os» est vendue à 1 280 DA le kilo, alors que le steak a atteint les 1 850 DA. «Habituellement, on ne vend que peu de beefsteak pendant le Ramadhan», affirme un boucher qui nous confie que «cette année, on travaille mieux que les années passées».

Finalement, congelée ou fraîche, blanche ou rouge, la viande, bien que très demandée en cette période, est à la portée de nombreuses bourses. Mais pas pour longtemps, nous disent les volaillers : «Attendez vous à voir les prix s’envoler à l’approche de l’Aïd avec la baisse des stocks». D’ici là, profitons-en.

A. O. T.