Accueil Tizi Ouzou Grève des élèves du lycée polyvalent

Tizi-Gheniff

Grève des élèves du lycée polyvalent

250

Les élèves du lycée polyvalent (ex-technicum) sont en grève depuis avant-hier. «On gèle dans les salles de cours. Pourtant, nous avons alerté l’administration peu avant les vacances scolaires d’hiver. A la reprise, nous avons constaté que rien n’a été fait. Le chauffage ne fonctionne plus. Impossible de travailler dans ces conditions avec des températures matinales qui frôlent le zéro degré. Nous avons alors décidé de passer à l’action pour faire réagir la direction de l’éducation», explique un élève de terminale, rencontré devant le portail de l’établissement. Et un autre d’intervenir: «Notre action ne va pas se limiter seulement à l’arrêt des cours.

Nous pensons radicaliser notre mouvement. Notre établissement devient de plus en plus vétuste d’autant plus que sa réalisation remonte à plus de vingt-cinq ans. Il y a beaucoup de manques». Le problème essentiel se pose au niveau de la tuyauterie qui éclate à chaque fois que la chaudière est mise en service, précise-t-on. L’on apprendra que la direction de l’établissement a signalé ce problème récurrent à la direction de l’éducation, «mais aucune réponse n’a été reçue, du moins jusqu’à aujourd’hui matin (ndlr, hier)», confiera une source proche de ce lycée. L’Association des parents d’élèves a également alerté les responsables concernés : «Nous avons fait des écrits.

Cependant, aucun responsable n’a réagi par rapport à ce problème crucial quand on sait que des températures très basses sont annoncées par les services météorologiques», indique un membre de l’association. Pour le moment, tout le monde attend que la direction de l’éducation prenne ce problème en charge afin de permettre aux élèves de reprendre les cours dans des conditions optimales. «Non seulement, le chauffage est en panne mais nous attendons, aussi, que l’établissement soit repeint de l’extérieur. Il y a également d’autres réparations à faire», constate un parent d’élève. Pour le moment, personne ne sait si cette grève va durer. «Nous ne savons pas encore ce qu’on décidé les lycéens au sujet de ce mouvement de protestation», précisait, hier matin, un professeur de l’établissement.

Amar Ouramdane